Étiquettes

, , , , , ,

C’est fou, à chaque fois que je me promets d’arrêter de parler de cul, l’actualité s’empresse de me remettre le nez dedans. Enfin, si j’ose dire.

Ainsi, aujourd’hui, je tombe sur ces spots de l’Inpes (« Inpes », ça fait un peu maladie honteuse, non ?), pour promouvoir la capote. Ben oui, vous comprenez, personne en parle jamais, alors les gens ils risquent d’oublier que ça existe. De là à dire que l’Inpes prend les gens pour des cons, il y a un pas. Je vous laisse le franchir.

Bon, maintenant que le pas est franchi, regardons ces jolis spots.

« Le pire, c’est que j’avais pas mis de préservatif. » On imagine assez bien ce qui se serait passé s’il y avait pensé :

« Chérie, je t’ai trompée…
– Quoi ?!
– Mais j’avais une capote !
– Oh, mon chérie, je suis si heureuse d’avoir un mari tellement responsable !!! »

C’est confirmé, ils prennent les gens pour des cons.

« Avec Mouss »… Mouais, c’est pas très tolérant et métissé, tout ça, je vais saisir la Halde. Ah ben non, ça marche plus…

N’empêche qu’on ne m’ôtera pas de l’idée que si c’est si important que ça, cette histoire de capote, ils auraient dû en parler avant que, hum, enfin, vous voyez, quoi. Mais heureusement, il en a sorti une, et cette charmante demoiselle a donc pu, hum, enfin, vous voyez, quoi, en paix, le coeur bondissant de bonheur d’être tombé sur un mec aussi extra.

Quand une capote fait plus d’effet à une fille qu’une rose, on sait qu’on est tombé bien bas.

Alors elle, c’est pire que tout : sous prétexte qu’elle est mariée, elle arrête la capote. On n’a pas idée d’être aussi irresponsable. Et d’ailleurs, ça a pas manqué : elle a chopé un bébé, cette conne…

Bon, et puis si vous êtes joueur, il y en a deux autres : un type qui fait une « rencontre d’un soir » bourré et oublie la capote, alors que son mec officiel lui avait bien demandé de pas déconner, c’est-à-dire d’en mettre une ; et l’autre qui, un jour, teste avec un mec pour voir si c’est pas mieux qu’avec une nana, mais est un peu inquiet – on ne voit pas bien pourquoi, d’ailleurs – ; heureusement, il est tellement sur la même longueur d’onde que l’autre qu’ils sortent leur capote en même temps. On se demande comment ça a fini, puisque apparemment le deux se voyaient plutôt actif que passif. Mais bon, on est pas là pour mettre des capotes aux mouches, hein. Comme vous l’aurez constaté, ces deux autres vidéos parlent d’expériences homosexuelles, c’est pourquoi je ne préfère pas les poster, ni les commenter – mais non, je l’ai pas déjà fait -, je risquerais trop le procès.

Bon, tout ça c’est bien sympa, mais je ne peux quand même m’empêcher de remarquer que ces vidéos sont un peu frileuses. Quoi, le mec n’a trompé sa femme qu’une fois ? Quoi, la nana a été en couple pendant des années sans utiliser de capotes, donc sans tromper son mari ? Quoi, le mec parle avec son mec de ce qu’ils ont le droit de faire pendant leurs vacances ? Quoi, la nana attend d’avoir vu le mec « plusieurs fois » avant de, hum, enfin, vous voyez, quoi ?

Ils sont où, les partouzeurs invertébrés, les plans à 27 (« Il y en a un dans les 26 qui n’avait pas de capotes, j’avais un peu peur de la réaction des 25 autres quand j’allais le leur avouer »), les couples échangistes (« Mec, tu ferais mieux de mettre une capote, j’ai oublié d’en mettre une hier soir avec ta femme »), les sado-maso (« J’avais oublié de stériliser mon fouet, alors on a remis des capotes à clous sur nos godemichés en attendant les résultats des tests »), les pédophiles (« … » oui, non, pas d’exemple ici, ça ira) ???

Mais c’est quoi ces coincés ? On n’a pas idée de donner la parole à des réac’ pareil…

A croire que les mœurs n’ont pas évolué depuis les heures les plus sombres de notre histoire, et que le ventre de la bête immonde est toujours fécond. Ce qui explique qu’il faille mettre des capotes.

Publicités