Mots-clefs

, , ,

Au cours de mes dernières vacances, durant lesquelles j’ai été replongé dans le métro parisien et j’ai eu accès à une télévision, j’ai remarqué au moins trois publicités différentes ayant un slogan semblable, selon lequel « Changer, c’est mieux ! » Il me semble qu’il devait servir à vendre une voiture, des lunettes et un troisième truc ayant avec les deux premiers aussi peu de rapport que ceux-ci entre eux.

La publicité étant un des meilleurs indicateurs de ce qui est déjà, et un des meilleurs outils de transformation des pensées, on peut donc affirmer :

  1. Que cette idée est déjà bien ancrée dans les mentalités.
  2. Que ça ne va faire qu’empirer.

Bientôt, tout le monde en sera définitivement convaincu : Changer, c’est mieux ! Et tout le monde, c’est aussi les gens qui nous gouvernent, et nous gouverneront. En admettant que ce ne sont pas les mêmes. (Je suis parfois d’une naïveté qui me touche moi-même.) Et même si eux n’en étaient pas convaincus, à cause d’on ne sait quel reste de sagesse qui leur viendrait du temps où ils ne réfléchissaient pas qu’avec des sondages, ils seraient au moins obligés de faire semblant de le croire, pour s’attirer la sympathie des électeurs.

Alors bon, allons-y.

  1. Faire en sorte que l’amour de la France soit une condition indispensable à l’obtention de la nationalité française, ça serait un changement ;

    Changer, c’est mieux

  2. Faire en sorte que les instituteurs puissent apprendre la langue française à leurs élèves dès le CP, et qu’ils aient l’autorité suffisante sur les enfants pour leur apprendre à respecter l’instituteur, et à travers lui l’État, et donc la France, ça serait un changement ;

    Changer, c’est mieux

  3. Faire en sorte que la police puisse aller partout sans s’attirer ni jets de cailloux ou d’électroménagers, ni insultes, ni tirs à l’arme de guerre ; faire en sorte qu’un policier puisse faire usage de la force pour faire respecter son autorité, qui est aussi celle de l’État, ça serait un changement ;

    Changer, c’est mieux

  4. Faire en sorte que la Justice arrête de relâcher ceux que les policiers arrêtent au bout de 24 heures ; faire en sorte qu’elle puisse faire exécuter les sentences jusqu’au bout ; faire en sorte qu’elle puisse empêcher définitivement de nuire un criminel récidiviste, quel que soit le moyen choisi, ça serait un changement ;

    Changer, c’est mieux

  5. Faire en sorte que chacun soit protégé de sa conception à sa mort naturelle, quel que soit son état de santé, les conditions de vie de ses parents, les conditions de sa conception, le coût de ses soins ; faire en sorte que les mères soient accompagnées lors de leurs grossesses difficiles, et dans leur lutte pour l’éducation, et non abandonnées face à une pseudo-liberté qui n’est qu’un abandon complet ; faire en sorte que les pères soient responsabilisés ; faire en sorte que ces grossesses non-voulues soient évitées, non par un simple bout de caoutchouc, qui assimile l’acte sexuel à une opération chirurgicale, voire à une tâche salissante dont il faut se protéger, mais au contraire grâce à une vraie éducation morale, ça serait un vrai changement ;

Changer, c’est mieux

  1. Faire en sorte que la famille retrouve sa place de première cellule sociale, qu’elle soit protégée, aidée, accompagnée, favorisée ; faire en sorte que la famille naturelle, celle qui se fonde sur la rencontre entre un homme et une femme et sur les enfants qu’ils ont ensemble, bénéficie d’un statut à part et privilégié, ça serait un vrai changement ;

Changer, c’est mieux

  1. Faire en sorte que chacun s’élève dans la société selon ses mérites, en fonction de l’utilité réelle de son travail, et non en fonction de ses contacts, de ses privilèges liés à sa naissance ou à sa fortune, pas plus qu’en fonction de sa couleur de peau, de son origine sociale, de ses idées, ça serait un vrai changement ;

Changer, c’est mieux

C’est pas moi qui le dit, c’est les publicitaires…

Publicités