Mots-clefs

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aller bien. Si si. Et mieux, j’ai décidé d’aller bien grâce à mon boulot. En effet, mon boulot – qui n’est pas facile, mais alors vraiment pas – me permet quand même de temps en temps de me payer des bonnes tranches de rigolade, plus ou moins jaune, et m’offre parfois de jolis instants de poésie.

Dans un journal local, on fait beaucoup parler les gens : une personne interrogée achètera forcément le journal de la semaine pour avoir le plaisir de voir son nom dedans. Alors on fait parler les gens, quitte à ce que ça complique la rédaction de l’article, d’ailleurs. Mais qu’importe, l’argent est roi. Et donc, je vois passer sous mes yeux perçants de nombreux noms de gens, suivis de la qualification dudit personnage.

Et parfois, ça donne de très jolies choses.

Celui-ci est connu : il est un grand chorégraphe français, son nom s’étale souvent en grosses lettres dans le métro ; c’est d’ailleurs en voyant son nom que j’ai eu l’idée de cet article. Et la danse, qu’est-ce sinon une succession de pas ? C’est donc logiquement que notre ami chorégraphe s’appelle Marius Petitpa.

Restons dans la danse avec une animatrice de bals de la région, qui donne volontiers des cours. La première chose qu’elle apprend à ses élèves est sans doute de suivre le rythme du morceau joué. Elle s’appelle Véronique Cadanse.

La Normandie est avant tout une région agricole. Malgré les crises, les jeunes sont nombreux à apprendre le métier d’agriculteur. Certes, ces dernières années, ça a bien changé : ils suivent désormais de nombreux cours théorique, avec entre autres un professeur de développement agricole nommé Marc Dufumier.

Une de ces écoles s’appelle l’École du paysage et de l’horticulture. Elle est gérée par une association dirigée par un monsieur dont le nom laisse rêveur quant à ses méthodes, monsieur Fauchier-Delavigne.

Tout ces jeunes gens, une fois sortis de l’école, ont des loisirs tout-à-fait semblables à ceux d’élèves informaticiens ou de sciences politiques. Le football en fait partie. C’est ainsi que nombre d’entre eux doivent connaître le nom de cet arbitre de CFA originaire de la région, Sébastien Crampon.

Comme vous le voyez, cet article est rallongeable à volonté. N’hésitez pas à me signaler en commentaire d’éventuelles perles que vous pourriez rencontrer.

Une seule règle : tout doit être vrai.

Publicités