Mots-clefs

, , , ,

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, qui a vu Marine le Pen recueillir près de 20% des suffrages exprimés, les réactions allaient bon train…

Le Mrap : « Ce succès relatif des thèses racistes et xénophobes dans le pays des droits de l’Homme doit conduire touts ceux qui veulent une France capable de parler à l’Humanité, tous ceux qui luttent pour l’égalité des droits et contre les discriminations racistes, à batir une stratégie de résistance efficace ».

BHL : « Elle ridiculise, enfin, la France en montrant qu’un électeur sur cinq se reconnaît dans un programme débile, porté par un parti fétide et incarné par une candidate dont l’entourage reste, souvent, constitué des mêmes anciens de la Droite radicale, du GUD, de tels groupuscules négationnistes ou de telles bandes à Gollnisch ou à Mégret. »

« Un ton est apparu qui, sans même parler de la xénophobie, du racisme, de l’antisémitisme, qui s’exhalent sitôt que ces gens se lâchent, est fait d’une vulgarité, d’une haine, d’une violence sociale et rhétorique qui, si on ne les stoppe pas, détruiront, de proche en proche, l’entièreté de l’espace public. »

Eva Joly : « Ceux qui se sont laissés abuser par le FN se trompent de colère. Je veux dénoncer les apprentis sorciers de l’identité nationale qui à force de discours de division et de haine ont permis à l’extrême-droite de faire son plus haut score dans une élection présidentielle. »

Sur Facebook, un parmi tant d’autres : « Le vote fn est un vote bête ,il vient de personne qui ne lise pas de programme car il regarde trop la télé , de personne qui ne se rappelle pas leur cour d histoire , de personne apeurée , de personne qui ne comprenne pas que le capital monte le peuple contre le peuple car diviser c est régner . pas d excuse au facho ».

Depuis dimanche, j’ai l’impression à chaque seconde d’être insulté ouvertement par à peu près tout le monde : nos élus, nos prétendues élites, nos collègues qui ne comprennent pas « comment le racisme a pu monter si haut », de vagues connaissances musicales qui annoncent qu’elles me casseront la gueule la prochaine fois qu’elles me croiseront à un concert :

Notons au passage que 5 personnes ont aimé ces menaces à mon encontre. Tout ça est vraiment très bon esprit, et aide à se sentir heureux et épanoui, et surtout fier de s’être déplacé pour accomplir son devoir de citoyen.

On pourrait quasiment en rire si ce n’était pas excessivement grave. Tout d’abord parce que, pour lutter – prétendent-ils – contre la haine, le fascisme et l’intolérance, tous ces bons démocrates usent de la haine, du fascisme, et de l’intolérance. Et BHL a raison de rappeler que « cette haine, cette vulgarité, cette violence sociale et rhétorique, si on ne les stoppe pas, détruiront, de proche en proche, l’entièreté de l’espace public ». Et le Mrap a beau jeu de vouloir « une France capable de parler à l’Humanité », tout en se faisant le porte-parole d’une France qui est incapable de parler à 20% de ses propres citoyens.

Parce que nous sommes des citoyens à part entière, que vous le vouliez ou non. Nous avons le droit de vote, et nous l’utilisons, en notre âme et conscience, parfois aussi avec plus ou moins de résignation – mais le FN n’est pas le seul « vote par défaut » -, pour ce que nous pensons être le bien de la France. En nous rabaissant plus bas que terre, vous niez notre droit à nous exprimer, avec les moyens que la démocratie nous donne. En affirmant que nous votons par peur, vous niez l’espoir que représente ce vote pour nous : celui d’être écoutés, celui de voir nos idées entendues, prises en compte dans le débat public. En nous amalgamant – oh le vilain mot – aux quelques crânes tondus ziegueur, vous discréditez notre amour de la patrie, ou notre souhait de voir la famille remise au centre de la société, ou notre volonté de redonner aux femmes le choix de travailler ou de s’occuper de leurs enfants, les trois points qui ont motivé mon choix, et celui, je le sais, de nombreux autres électeurs FN. En parlant exclusivement de « vote contestataire », vous niez que nous avons un projet de société, qu’aucun autre candidat que Marine le Pen ne semble porter. Et vous niez le bien-fondé de ce projet de société qui nous tient à cœur.

Vous prétendez que le FN n’est pas un parti démocratique. Mais refuser d’écouter 20% d’électeurs, est-ce ce qu’on appelle la démocratie ? Ces 20% utilisent les outils qui sont à leur disposition, parce qu’ils y croient, parce qu’il espèrent pouvoir faire changer les choses de cette manière, parce qu’ils espèrent être écoutés.

Et ils sont à chaque fois plus nombreux à être déçus.

Méfiez-vous : à force d’être déçus, ils vont finir par ne plus croire du tout à la démocratie. Et par chercher d’autres façons de se faire entendre.

John Fitzgerald Kennedy a dit : « Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable ».

Anders Behring Breivik aussi.

Publicités