Étiquettes

, ,

La réacosphère est vraiment peuplée de salopards. Non seulement tous ces gens sont-ils nostalgiques des heures les plus sombres de notre histoire (certains n’ont semble-t-il même pas pleuré à l’annonce de la mort de Saint Hessel), mais en plus c’est rien que des sales menteurs.

Dixie (honneur aux dames) est une ignoble menteuse, mais pas pire que Carine, que Skandal ou que Noix Vomique. Quant à l’Amiral Woland, il écrit désormais en allemand, c’est dire s’il est ignoble. Koltchak sauve un peu ses petits camarades en utilisant le mot « margoulin », qui me réjouit. Quant au pire de tous, l’infâme Didier Goux, il pousse le vice jusqu’à inviter les journalistes de Médiapart à diner. Ce qui ne le rend que plus impardonnable.

Voilà, tous ces braves contributeurs anonymes sont d’ignobles individus, qui font rien qu’à tenter de s’attribuer tout mon mérite. En effet, il est temps de vous révéler la vérité :

Laurent Obertone, c’est moi.

D’ailleurs, j’avais chroniqué La France orange mécanique après tout le monde. Si ça c’est pas une preuve que je voulais à tout prix passer inaperçu… Pour ceux qui douteraient encore, il suffira, pour s’assurer de ce que je suis bien l’auteur de ce bouquin, de le comparer à celui que j’ai intitulé Le meilleur du meilleur pour constater à l’évidence que ce sont deux fois le même livre. Rusé, non ?

Advertisements