Étiquettes

, , , ,

En arrivant chez un ami pour y disputer une partie de cartes, j’ai aperçu un bout d’un reportage sur les nouveaux radars embarqués. Ce qui m’a valu de m’engueuler un tantinet avec l’ami en question. Qui a gagné la partie, je n’ai donc finalement aucun remord.

Enfin si, un peu, parce que c’est la première fois que je m’engueule avec lui, alors qu’il n’y était presque pour rien. Mais sérieusement, il y a des choses qui me rendent dingue, et ces radars en font partie. Pourquoi ?

Parce que quelques jours après la mort de deux policiers écrabouillés volontairement par des ordures roulant bourrées et droguées et sans permis alors qu’ils auraient dû être en tôle, me dire que je vais encore plus flipper à chaque fois que je dépasserai une voiture sur l’autoroute en même temps que la limite de vitesse autorisée, ça me les brise menu.

Parce que ce n’est pas moi qui devrait avoir peur de la police, mais ces ordures qui tuent, violent, tabassent, et qui eux n’ont plus peur de la police depuis un moment puisqu’ils savent qu’ils seront relâchés dans la foulée.

Parce que ce n’est pas normal qu’on claque tellement de pognon dans des systèmes de contrôle de vitesse de plus en plus sophistiqués et qu’on mobilise de plus en plus de policiers pour les faire fonctionner, alors que ces mêmes policiers n’osent plus entrer dans certains quartiers et travaillent par ailleurs avec du matériel pourri.

Parce que ce n’est pas normal que ce soit moi qui paie pour 10 km/h de trop ou pour un stationnement abusif, quand des connards se permettent d’immobiliser tout Marseille et de casser des murets à coups de masse pour occuper un terrain qui ne leur appartient pas, le tout en se foutant ouvertement de la gueule du préfet de police.

Et enfin parce qu’il est honteux qu’on se montre de plus en plus sévère et intransigeant envers les automobilistes alors que dans le même temps on trouve toujours plus de bonnes raisons de ne pas mettre les vrais criminels en taule, ou le moins longtemps possible.

——

Oui, mourir au volant parce qu’on roulait un peu trop vite ou avec un peu trop d’alcool dans le sang, c’est con. C’est même, pour tout vous avouer, une de mes phobies les plus prenantes : j’y pense très précisément à chaque fois que je monte dans une voiture pour faire un peu de route. C’est dire si je suis conscient du danger. Mais chacun de nous à moins de chance de mourir comme ça que de se faire agresser ou violer.

En 2011, 3970 personnes sont mortes sur la route, d’après le Monde. La même année, l’Observatoire nationale de la délinquance et des réponses pénales déclare 468012 atteintes volontaires à l’intégrité physique. Selon le site contreleviol.fr, plus de 75000 viols sont commis en France chaque année.

Rien que cette semaine, j’ai entendu (pas lu : entendu) les récits d’agression récentes de trois personnes, devant chez eux, quasi-gratuitement, violemment. Parmi ces trois personnes, un vieil homme de 90 ans.

Mais ce qui est important, c’est d’empêcher les automobilistes de rouler à 140 sur l’autoroute.

——

Et le pire, c’est que certains de ces automobilistes – dont l’ami en question, d’où l’engueulade – trouvent ça normal, et répondent même, quand on leur expose l’avis que je viens de vous exposer, que « c’est pas la même chose, c’est deux combats différents, et la sécurité routière c’est important ».

J’espère au moins que ceux-là, le jour où la ménagerie d’un cirque laissera s’échapper des fauves affamés dans leur bled, prendront des mesures draconiennes et dispendieuses contre les moustiques. Question de cohérence…

Publicités