Étiquettes

, , ,

J’ai déjà prouvé que les femmes étaient d’ignobles fascistes, suite à un article de 20 minutes où il apparaissait clairement que la RATP, malgré tous ses efforts, ne parvenait pas à embaucher plus de femmes pour la simple raison que les femmes ne voulaient pas bosser à la RATP. En faisant ainsi fi de l’égalité entre les sexes. Je suggérais alors d’envoyer ces femmes en camp de rééducation pour leur faire prendre conscience que travailler à la RATP était, plus que leur droit, leur devoir. C’est un article que vous retrouverez à la page 111 de mon florilège, et nulle part ailleurs.

Voilà ce qu'on apprend à vos enfants à la crèche.

« Si tu sais bien manier cette AK-47/Pour faire régner ta loi sur la gent féminine/Sans jamais t’attendrir et sans jamais faiblir/Tu seras un homme, mon fils. » (Extrait du règlement secret des crèches de France.)

Eh bien aujourd’hui, j’appelle avec tout autant de force à envoyer les enfants en camp de rééducation. En effet, les enfants aussi sont des fascistes. La preuve ici, dans cet article. Qu’y lit-on ? Que dans cette crèche, on n’oblige pas les garçons à jouer au soldat et les filles à la poupée. Parce qu’en général, c’est moi qui précise, les crèches sont faites de telle sorte que les garçons ne puissent pas jouer à la poupée et les filles au soldat, et des mesures coercitives sont toujours prévues pour les récalcitrants. Tout le monde le sait, nos crèches sont faites pour ça et pour rien d’autre : obliger nos garçons à jouer au soldat et nos filles à la poupée, obliger les petites filles à se soumettre aux garçons, qui eux sont contraints de devenir des gros connards machos. Dans les très bonnes crèches, on a parfois le temps de leur apprendre à tenir la porte pour laisser passer les filles, ce qui est le summum du machisme. C’est donc une très bonne chose, de les laisser libre de choisir à quoi ils veulent jouer, réjouissons-nous tous ensemble.

Ah ah, je t'y prends à faire la cuisine, immonde nazie !

Et voilà, on lui donne un couteau, et plutôt que d’en profiter pour égorger ses parents en écoutant du Marylin Manson, cette grognasse a décidé de faire un gratin de courgettes. Tu t’es trahie, immonde nazie !

Sauf que… tout ça ne marche pas si bien. En effet, nous apprenons un peu plus loin que les ministres promoteurs de cette crèche ont été obligés de préciser que toute cette liberté n’allait pas de soit pour ces jeunes enfants. En effet, elles précisent, ces ministres : « on préfère plutôt encourager les pratiques inverses, quitte à pousser les enfants à aller contre leurs envies« . Horrible révélation : il semblerait que les garçons préfèrent user de leur liberté pour jouer au soldat ou à la bagarre et les filles pour jouer à la dinette et se raconter leurs vies.

Quels fascistes, ces gamins ! Qu’on rouvre les prisons pour mineurs, merde !

Publicités