Étiquettes

, ,

Hier soir, des journalistes de LCP se sont faits agresser par des manifestants opposés au « mariage » unisexe, qui ont cassé leur caméra. Évidemment, ça fait scandale, et c’est normal : empêcher un journaliste de travailler n’est pas justifiable, même si c’est parfois tentant.

Seulement il y a un problème : une photo de l’agression a été prise. La voici :

Manifestants ?

Rappelons que la moyenne d’âge des manifestants qui restent après la dispersion de LMPT (et c’est le cas ici puisqu’il fait bien nuit) est clairement de 23 ou 24 ans, et qu’il y a très peu de personnes dépassant la trentaine. C’est logique : eux ne sont plus étudiants, ont un boulot, parfois des enfants, et ne peuvent donc pas se permettre de finir au poste. Et peut-être n’ont-ils plus l’envie d’en découdre, ça arrive.

Et là, manque de pot, les agresseurs sont trois quarantenaires, qui ne ressemblent en plus pas vraiment au cliché « jupe plissée chaussure bateau » qu’on nous sort si souvent. Ce que les journalistes agressés se sont bien gardés de signaler, bizarrement.

De plus, il convient de noter que depuis le début de ces manifestations rien n’a été dégradé : aucune vitrine, aucune poubelle, aucune voiture. De même, les homosexuels qu’on pouvait voir se rouler des pelles le long de nos cortèges n’ont jamais été inquiétés. Nous serions donc passé de « zéro violence » à « agression et destruction de matériel journalistique » ?

Et dans le même temps, on apprend qu’un juge pense utile de fouiller plus avant dans les motivations des agresseurs de Samuel Lafont. Ce qui semble indiquer qu’il doute que le crime n’ait été que crapuleux.

D’où ma question : on ne se foutrait pas un peu du monde ?

Advertisements