Mots-clefs

, , ,

On entend trop souvent dire que depuis Albert Londres il n’y a plus de grands journalistes en France. C’est faux, il y en a. Et je le prouve. Aujourd’hui, je vais décerner mon premier prix « Albert Moscou » du meilleur travail journalistique.

J’ai choisi de récompenser Laurent Bortolussi, Olivier Rotrou et Natalya Bortolussi, de l’agence LinePress. Je précise que je ne mets la femme en dernier que parce que c’est ce qu’ils ont fait sur leur site. Sinon, galanterie française oblige, je l’aurais mise en premier.

Ces trois journalistes ont fait un superbe reportage sur un des événements forts de ces derniers jours : jeudi 18 avril au soir, certains députés ont quitté l’hémicycle quelques instants, pour aller voir ce qui se passait à l’extérieur, auprès des veilleurs, ces jeunes qui manifestent leur refus de la loi Taubira, dite « du mariage pour tous », en chantant des chants assis par terre avec des bougies. Parmi ces députés, Marc Le Fur, député UMP des Côtes d’Armor.

Les trois journalistes sus-cités étaient sur place et n’ont rien raté des événements. Ce qu’ils nous montrent est terrible. Commençons pas leur vidéo intitulée « Altercation entre deputée socialiste et députés UMP ».

Ce qu’on y voit est édifiant : en effet, une député socialiste est prise à parti violemment par les députés UMP, qui l’empêchent d’en placer une en lançant des accusations ignominieuses. Heureusement, la courageuse députés socialiste, Catherine Lemorton, n’écoutant que son courage (et surtout pas ce que son « cher collègue » tente de lui dire) parvient à s’extraire du traquenard où elle est tombée, non sans subir une dernière fois les assauts d’un manifestant, qui ose lui lancer « Vous plaisantez ? », la bave aux lèvres et l’œil révulsé. Heureusement, les  journalistes ont tout vu, et se précipitent à la suite de la rescapée pour lui servir la soupe recueillir ses impressions. Guidés avant tout par leur sens du devoir, ils la poussent dans ses derniers retranchements en lui demandant si… en lui demandant quoi, déjà ? Ah oui, en lui affirmant que « ce mouvement cherche un martyr ». Une question qu’on devrait étudier dans toutes les écoles de journalisme tellement elle est toute orientée vers la recherche de la vérité et dénuée absolument de tout parti-pris. Une belle preuve que cette objectivité, si difficile à atteindre pour un journaliste, est possible.

Mais le reporter ne s’arrête pas là et, encore plus sublime, évoque une agression dans un bar homosexuel ayant eu lieu la veille à Lille. Bien entendu, il ne cherche pas à faire le lien entre la manifestation pacifique qu’il est en train de couvrir et cet acte de malveillance, mais pose juste la question comme ça, probablement pour un autre sujet qu’il prépare par ailleurs. D’ailleurs, s’il affirme ensuite – toujours par soucis de la vérité – que les opposants au mariage pour tous on annoncé qu’ils iraient « perturber les mariages gays dans les mairies », c’est sans doute qu’il en a des preuves évidentes, n’en doutons pas.

Passons à la deuxième vidéo, celle qui montre les « agitations » et les « provocations » dont se sont rendus coupables les députés UMP. Une vidéo justement intitulée « Le Depute Le Fur provoque la police aux Invalides ».

Elle commence très fort : sans doute pour éviter d’être victime de la violence incroyable qu’il filme, le caméraman tente de zoomer sur le député Le Fur. L’image, bien que très floue, est éloquente : le député Le Fur court partout, relançant ses troupes à l’assaut, chantant des chants révolutionnaire et crachant sur les forces de l’ordre. Certains de ses combattants sont filmés alors qu’ils sont trainés hors du champs de bataille par des policiers en armure intégrale, casque sur la tête, le tout au milieu des cris, des explosions et des sirènes.

Cependant, poussé par son devoir, le journaliste se risque au milieu du combat et parvient à se faufiler assez près du député Le Fur pour l’entendre hurler à un officier ce slogan haineux, terrible : « Vous déshonorez votre grade ». On entend aussi le mot « disproportionné », et on frémit lorsque le chef de guerre lance un terrifiant « Vous n’avez pas le droit ! ». La dernière moitié de la vidéo est consacrée à une interview du député Le Fur, qui n’en cesse pas moins de batailler d’une main farouche. Et quand la vidéo enfin se termine, on comprend mieux l’état de choc de la députée Lemorton : ces images sont en effet insoutenables, et les méthodes de ces dangereux révolutionnaires déclenchent en nous une irrépressible terreur.

C’est pour ce superbe reportage que j’ai décidé de décerner ce prix « Albert Moscou », le premier d’une longue série, j’en suis sûr, à Laurent Bortolussi, Olivier Rotrou et Natalya Bortolussi.

Et pour en informer les heureux vainqueurs, je leur ai envoyé ce mail :

« Madame, messieurs

J’ai l’immense plaisir de vous informer que votre travail sur l’altercation entre le député Le Fur et la députée Lemorton le 18 avril a été récompensé par un jury composé de plusieurs centaines de milliers de spectateurs (selon la police). J’ai donc l’honneur de vous décerner aujourd’hui le premier prix « Albert Moscou », qui récompense les meilleurs travaux journalistiques.

Nous suivrons donc à partir de maintenant votre travail avec un intérêt décuplé.

Encore bravo.

Bien à vous

Fikmonskov »

Suivait le lien vers ce compte-rendu de remise de prix. Vous pouvez donc féliciter les heureux gagnants dans les commentaires : ils vous liront.

Publicités