Mots-clefs

, ,

Le 5 mai, à Rennes :

ze

Les CRS arrivent en petites foulées, alors que la sécu LMPT fait face depuis un bon moment…

erf

… à ces 150 à 200 excités, qui chantent des slogans insultants, voire menaçants, et n’hésitent pas à frapper (Voir article précédent).

re

L’intégralité du dispositif – impressionnant -, juste après que les contre-manifestants ont pris d’assaut le podium, en renversant les barrières de sécu et en frappant ceux qui s’opposaient à cet assaut : une rangée de CRS devant, rien derrière pour empêcher les antis de se retirer, éventuellement pour aller attaquer ailleurs. Je me suis rendu à la place derrière par une rue située 10 mètres plus loin : seuls 2 CRS étaient là pour « surveiller » l’issue.

Le même jour à Paris :

Une vingtaine de manifestants pacifiques, qui depuis plusieurs mois qu’ils manifestent n’ont jamais rien cassé, ni frappé personne. 77 CRS les encerclent.

Le lendemain, à Caen :

Une mère de famille est jetée par terre par trois policiers en civil, alors que la manifestation était autorisée.

Tout va bien, braves gens, la police veille !

Publicités