Étiquettes

, , ,

C’est confirmé : Clément Méric est bien responsable de sa propre mort, puisque c’est lui qui, après avoir provoqué les Skins, a porté (ou tenté de porter) le premier coup. Dans le dos.

Je dis que c’est confirmé, mais pour certains c’est apparemment une grande découverte. Pas pour nous, pas pour vous qui m’avez lu, et pas pour beaucoup d’autres qui lisent d’autres blogs : nous sommes très nombreux à l’avoir dit, dès le lendemain du drame, à avoir affirmé que le drame s’était déroulé comme la vidéo le montre aujourd’hui avec certitude.

Comment le savions-nous ? Parce que nous avons fouillé, nous avons cherché des informations, des témoignages, nous avons trié, hiérarchisé, recoupé… et nous avons conclu. Et nous avions raison, contre toute la presse, qui a clamé le contraire, évoquant les heures les plus sombres et le retour des hordes nazies.

Et pourtant, nos infos, nous les avions trouvées… dans la presse. N’ayant pas de moyens pour enquêter sur le terrain, nous sommes obligés de chercher les informations auprès de ceux qui ont les moyens de les collecter. Et ce faisant, nous parvenons souvent à des conclusions différentes des leurs. Et il se trouve que nous avons raison…

Encore une fois, nous sommes du côté du réel, eux du côté de l’idéologie. C’est nous maintenant qui faisons le boulot que les journalistes ne font plus, parce qu’ils sont aveuglés par leurs idées, quand nous sommes éclairés par la vérité.

[Addendum : suite à de nombreuses remarques de lecteurs (que je remercie une fois encore de l’intérêt qu’ils portent à mes bafouilles), je précise cette dernière phrase :

« parce qu’ils sont aveuglés par leurs idées, quand nous sommes éclairés par la vérité. »

Être éclairé par la vérité n’est pas un état de grâce, une chance qu’on recevrait, un privilège qui nous serait fait… Nous ne sommes éclairés par la vérité que parce que nous le voulons : tout le monde peut se laisser éclairer par la vérité, nos adversaires le pourraient aussi s’ils le voulaient. Simplement, ils ne veulent pas.

Aucun orgueil non plus dans cette phrase : elle ne signifie pas plus que nous détenons la vérité. Seulement, quand certains construisent des murs opaques autour d’eux, d’autres ouvrent des fenêtres pour laisser passer la lumière. Ça n’empêche pas de conserver certains coins sombres et de se planter lamentablement de temps à autres.]

Publicités