Étiquettes

, , ,

Rappelez-vous : lors du débat autour du « mariage » pour tous, on nous a rabâché jusqu’à la nausée ce genre de phrases : « Il vaut mieux deux personnes du même sexe qui s’aiment vraiment que deux hétéros qui ne se marient que par habitude et se font la gueule toute la journée », ou « La preuve qu’un couple hétéro c’est pas forcément mieux pour les enfants, c’est qu’il y a des femmes battues. Les enfants de parents homos auront au moins des parents qui s’aiment, c’est quand même ça qui est le plus important pour leur développement, non ? »

C’était beau, c’était noble… et c’était surtout très con. Déjà à l’époque, on trouvait des statistiques faites au Québec qui montraient que les violences conjugales étaient très importantes dans les couples homos. Mais c’était au Québec : comme d’habitude, en France ça se passerait mieux.

Hélas, ça y est, nous avons un cas avéré et public de violences conjugales dans un couple homo. C’est à lire sur Ouest-France : Alençon. Il frappe son mari le soir de la noce : 18 mois de prison. 

Bien sûr, ça ne veut pas dire que tous les couples homos sont violents, et pas non plus que tous les couples hétéros sont parfaits. Ça veut juste dire une chose : c’est encore un argument des pro-« mariage » pour tous qui tombe à l’eau.

Un de plus. Décidément, la réalité ne veut pas se plier à l’image que certains se font d’elle, c’est désespérant.

Publicités