Mots-clés

C’est l’histoire d’un mec qui était président. En tant que tel, il prenait des décisions – parfois impopulaires – et les expliquait, les défendait, les assumait. Et comme il était président, ça engageait un paquet de gens, qui le suivaient parce qu’ils pensaient qu’il pouvait les mener quelque part.

C’est l’histoire d’un président qui pensait qu’il avait le pouvoir, et qui pensait que c’était lui qui décidait. Mais un beau jour, il a compris qu’en fait, c’était pas tout-à-fait vrai, que c’était pas lui qui décidait vraiment. Qu’il pouvait bien dire ce qu’il voulait, prendre les décisions qu’il voulait puis les justifier comme il voulait, en fait il y avait d’autres gens qui décidaient à sa place. Oh bien sûr ils le laissaient parler, dire ses choses, autant qu’il voulait. Mais par derrière, dans son dos, ils disaient le contraire, et l’obligeaient finalement à renier sa décision.

Tout d’abord, ils analysaient des courbes de bénéfices, de pertes, de manque à gagner. Des trucs d’argents, en gros. Et si la décision du président faisait que ces courbes disaient des choses qu’ils n’aimaient pas, des choses pas cool, du genre « On va perdre des sous », alors ils contredisaient le président, dans son dos.

Et ils décidaient aussi en fonction des gens qui étaient contents et des gens qui étaient pas contents. En fonction de leur poids. Et ce poids était fonction non pas de leur nombre ou de leur importance réelle dans la société, mais de leur capacité à faire du bruit et à lancer des menaces. Si les gens qui étaient pas contents de la décision du président avaient plus de poids que ceux qui étaient contents, alors ces vrais décideurs contredisaient le président. Et au passage le faisaient passer pour une truffe devant le monde entier.

L’histoire de ce mec, elle est à lire en cliquant sur ce lien.

Surpris ? Allons, à quoi donc pensiez-vous ? Vous n’imaginiez tout de même pas que je pouvais parler d’autre chose, d’un autre président, d’autres décisions, quand même ?

Publicités