Mots-clés

, , ,

La Manif pour tous a appelé à manifester le 2 février, soit une semaine après le Jour de colère. J’ai l’impression que beaucoup sont déçus. Moi pas.

Soyons clairs et concis : qu’est-ce qui fait plus peur au gouvernement ? 2000 jeunes hommes déterminés, prêts à courir devant la police ou à aller au contact, prêts à passer la nuit au poste s’il le faut, ou 300000 personnes empêtrées dans leurs poussettes, dans leurs femmes et dans leurs vieux ?

Vous devinez ce que je crois : ils auront plus peur des premiers.

[[[Surtout si ceux-là sont décidés à agir comme je le suggérais dans ce texte-ci : « Ne gaspillons pas notre colère, elle est bien trop précieuse« .]]]

Qu’on demande donc aux autres de ne se déplacer que le 2 février, parce que LMPT n’est « efficace » que si elle a du monde. Et le 26 janvier, venons mois nombreux, mais plus insaisissables.

Avec un peu de chance, les autres n’auront même pas besoin de se déplacer le 2 février.

[Rajout le 15 décembre à 23.57 : On me reproche de ne pas voir que cette annonce de LMPT est une attaque, l’attaque de gens qui refusent aucune solution autre que celle qu’ils croient incarner. Je ne l’ignore pas, je suis assez convaincu que certains ne supportent effectivement pas de voir certaines choses leur échapper. Je les comprends. Seulement je persiste à penser que ça peut être une bonne chose pour JDC, en ce que ça forcera ses organisateurs à ne surtout pas essayer de faire une LMPT-bis : ils n’ont plus le choix, ils doivent maintenant proposer autre chose s’ils veulent éviter le fiasco complet. Et je crois que cet « autre chose » pourra être mieux.]

[Rajout N°2, le lendemain à la même heure : j’apprends de source sûre que ce choix du 2 février est effectivement volontaire de la part de LMPT, pour contrer le JDC. Ça ne fait que confirmer mon rajout N°1.]

Publicités