Étiquettes

, , ,

Dans le magazine La Nef de janvier 2014, une interview de Dom Hervé Courau, Père Abbé de Triors. À une question sur le rapport du pape François à la liturgie, rapport qui diffère de celui de Benoit XVI, l’Abbé répond :

« L’Évangélisation est le mot d’ordre que nous donne le pape François. Quiconque sépare la liturgie du champ de la mission de l’Église peut en effet être mal à l’aise. Mais il n’y a pas vraiment de drame : il me semble que, tout simplement, le pape ne peut pas ou ne veut pas comprendre nos traumatismes des années 70 réduisant ces grandes réalités au stade du « permis » ou de « l’interdit ».

Je répète : « il me semble que, tout simplement, le pape ne peut pas ou ne veut pas comprendre nos traumatismes des années 70 ». Donc le pape pourrait ne pas comprendre certaines réalités qui concernent bien plus l’Europe que son continent d’origine ? Donc le pape pourrait certes « savoir » les choses, mais ne pas les « comprendre », ce qui implique une adhésion qui soit plus qu’intellectuelle ?

J’avais suggéré la chose il y a quelques temps dans ces pages, à propos de l’immigration, en montrant en quoi elle diffère en Europe et en Amérique du Sud, et en appelant donc à entendre le message du pape sur le sujet tout en prenant soin de lui trouver des applications concrètes qui s’adaptent à la réalité. (C’est d’ailleurs un point que j’aimerais réussir à détailler prochainement.) Cette suggestion m’avait valu excommunication d’office par un certain nombre de « blogueurs cathos », avec insultes à la clé et verrouillage définitif et sans appel du moindre débat sur la question, sous prétexte justement que le pape ne pouvait pas moins bien connaître la réalité qu’un gamin comme toi, Fik, voyons. En oubliant que la réalité de l’immigration européenne, je l’ai vécue toute mon enfance en région parisienne, quand le pape François n’en a sans doute qu’entendu parler, et encore : si les évêques de France lui en parle. On peut rêver.

Aujourd’hui, le Père Abbé de Triors me donne raison sur ce point : le pape peut ignorer ou méconnaitre certaines réalités européennes, qui ne le touchent pas avec la même acuité qu’elles touchaient un pape européen : liturgie, donc, et tradition en sont deux exemples frappants et indéniables. J’attends que les blogueurs sus-évoqués m’expliquent pourquoi ça ne serait plus valable sur d’autres questions… et aillent expliquer à Dom Hervé Courau qu’il se plante et que le pape sait mieux que lui…

Publicités