Étiquettes

, , , ,

Ces deux vidéos, parues presque au même moment, m’ont frappé par leurs similitudes.

La première, c’est celle de Christiane Taubira déclarant sur France Inter : « Il n’y a pas de vie commune possible » avec les manifestants de la Manif pour tous et affiliés.

La deuxième, c’est celle de Yannick Noah chantant « Ma colère a peur aussi, c’est la peur son ennemi ».

Quand je parle de similitudes, vous vous doutez bien que je ne parle pas que du fait que ces deux personnes sont noires, ni du fait que ces deux vidéos font mal aux oreilles. J’en vois deux un peu plus intéressantes.

La première, c’est que ces deux personnes stigmatisent impunément une partie de leurs concitoyens en raison de leurs idées : Taubira accuse les manifestants LMPT et assimilés de rendre impossible la vie en commun, pendant que Noah affirme que ceux qui votent FN ne le font que par peur, par connerie (« pas de rhétorique qui insulte l’intelligence »), par colère, bref que pour des mauvaises raisons.

Stigmatiser, c’est mal. Enfin, ça dépend.

La seconde similitude, c’est celle des réponses que proposent ces deux charmants individus aux agissements qu’ils dénoncent. Taubira nous accuse de rendre impossible la vie en communauté ? Elle déclare, imperturbable, qu’elle ne nous parle plus, comme si nous n’existions plus. Ce qui est, comme chacun sait, la meilleure façon de vivre ensemble. Et Noah chantonne tranquillement, l’air de rien, qu’il répond à la peur par la peur (« Ma colère a peur aussi / C’est la peur son ennemi ») et à la colère par la colère (« Car ma colère a tout l’honneur / De combattre la leur »).

Soigner le mal par le mal, ça ne se fait plus depuis qu’on a abandonné la saignée. Au début du XIXe siècle. Eux le prônent à la radio et dans leurs clips.

Publicités