Mots-clés

, , ,

Benoît Hamon est un tocard. Il lance aujourd’hui son premier chantier : celui de la notation positive pour les dictées. Il s’agira non de sanctionner les fautes mais de valoriser les réussites.

En gros, si j’écris « Benoa amon est hein taux car », j’ai la moyenne parce que j’ai écrit « est » correctement, et que c’est super pas facile, quand même. Pensez donc, j’aurais pu écrire « ai », ou « es », voire « hé ». Ou peut-être, étant d’humeur champestre, « haie ». Mais non, j’ai écrit « est », 10/20 d’office.

Pardon, que dis-je ?! Pas 10/20, c’est facho ça. J’ai déjà un B+. Bel effort.

C’est grotesque, ridicule et honteux, certes. Mais le plus grave n’est pas là.

Le plus grave, c’est que c’est déjà ce qui est appliqué un peu partout en France. Ma femme, apprentie institutrice maitre des écoles, a dû appliquer cette méthode à chacun de ses stages et remplacements. En voici trois exemples, véridiques :

img033img034Nous avons donc un ministre de l’Éducation qui n’est même pas au courant de ce qui se fait dans les classes de France.

Chapeau l’artiste. On va s’amuser.

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités