Mots-clefs

,

Une nouvelle « comédie noire » sort en salle : « Au nom du fils ». Le pitch : un mère de famille catho pratiquante (coincée) anime une émission de radio (cul-cul). Son jeune fils appelle un jour le standard de l’émission pour annoncer qu’il est amoureux d’un autre homme. Un prêtre, évidemment. Puis il se suicide. La maman se lance alors dans un safari au curé pédophile (dont elle a évidemment une liste longue comme le bras). C’est une comédie. Rigolons ensemble en regardant la bande annonce. C’est nécessaire pour comprendre où je veux en venir.

On remarque au passage que la description commence ainsi : « Les tontons flingueurs sous le soleil de Satan ! » Ils n’ont pas dû lire Bernanos…

Bref. Pourquoi en parlé-je ? Parce que j’ai retrouvé une tête connue dans cette bande-annonce. Celle du vieux curé libidineux qui trouve « phallus » au scrabble, celui dont on suppose donc que c’est lui le pédophile qui pousse l’enfant au suicide. (Alors que franchement, y’a pas de quoi se tirer une balle : s’ils s’aiment, hein ?)

Cette tête, c’est celle de Philippe Nahon. Et je la connais parce qu’il jouait dans le superbe clip « 14 millions de cris », de Liza Azuelos. Si si, souvenez-vous (<— ou cliquez ici). Il y jouait… un vieux violeur pédophile libidineux.

une-14-millions-de-cris

Deux rôles de pédophile en quelques mois, c’est louche. Dans deux films attaquant les cathos, l’un directement, l’autre par ricochets, c’est lourd.

La bonne nouvelle, c’est que le film peine à trouver des salles pour être diffusé à Paris. Comme quoi tout n’est pas perdu.

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités