Mots-clés

, ,

Superbe hommage ou plaisanterie homophobe (ou travestophobe ?) ? Franchement, je ne sais plus. Je suis paumé, j’avoue.

Sans titreAlors résumons : un barbu qui s’habille en femme, un animal dont la sexualité a une réputation sulfureuse, une histoire de sexe indéterminé (pour le phoque), des Belges, un type qui s’appelle Conchita, un phoque qui, s’il est mâle, s’appellera Conchito, un mec qui se déguise en femme mais reste un mec…

On s’y perd. Pas seulement moi, hein : le Nouvel Obs aussi.

conchitoOuaip : l’Eurovision a eu une gagnante cette année. Ou pas. Ou peut-être que…

Bref.

[Ajout du 16 mai : même remarque avec cet article de 20 minutes : le visage de Conchita sur une saucisse. Celui-ci – Conchita, donc, faites un effort… Parce que oui, Conchita Wurst est encore un homme, ce qu’aucun journaliste n’a apparemment compris – a déclaré : « Je ne m’attendais pas à ce que la saucisse soit si grosse ». Je suis le seul à y voir une blague de très mauvais goût ?]

[Ajout numéro 2 du 16 mai : cette charmante bloggueuse, découverte via Didier Goux, s’emmêle elle aussi un peu les pinceaux. Elle écrit d’abord :

« Cette année, notre personnalité, c’est Conchita Wurst que certains abrutis qualifient de femme à barbe. Faudrait leur rappeler au passage ce qu’est une femme à barbe mais passons ».

Et juste après :

« […] il y a peu de chances que Conchita gagne puisqu’elle ne correspond pas aux canons de beauté […] »

Elle. Avec une barbe. Mais ce n’est pas une femme à barbe. D’accord.

Notons ensemble que la bloggueuse a pourtant lutté pour ne pas avoir à choisir entre « il » ou « elle », préférant désigner Conchita par son prénom, ou par « cette personnalité ». On sent bien qu’elle est bien emmerdée, parce qu’elle ne sait plus ce qu’elle doit croire : ses yeux qui voient une barbe ou ses oreilles qui entendent un prénom féminin.

Ça me rappelle ce tweet – que j’ai hélas oublié de sauvegarder – où l’ami Georges Kaplan (je dis « l’ami » parce que nous avons effectivement été amis, à une époque) se plante lamentablement dans la désignation d’une personne transgenre (vous avez vu ce talent ?), la désignant par « elle » ou « il » alors qu’il fallait l’inverse, et se faire tancer vertement par un autre twittos. Il faut savoir que Kaplan est un sommet de politiquement correct ; le voir ainsi épinglé par pire que lui et contraint de s’excuser platement était réellement savoureux.

Bientôt plus personne n’osera parler de peur de se faire traiter de facho. Sauf nous, qui en avons déjà l’habitude. Nous, on rigolera bien :D]

PS. J’aimerais quand même bien savoir ce qu’en pensent mes chers amis de Dérapage Incontrôlé

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

 

Publicités