Mots-clefs

, ,

J’apprends ce matin que les sympathisants UMP – et les Français en général – se prennent soudainement d’affection pour Alain Juppé. Moi, quand on me parle de Juppé, je me souviens d’une accusation « d’autisme total ». Ça concernait le pape Benoit XVI, c’était à propos du préservatif en Afrique. Rappelez-vous.

Alors bon, l’affection pour Juppé, elle a du mal à passer par moi.

juppette

Le 5 mai, il tweetait ça. La preuve qu’il ne comprend rien à rien.

Comme c’est tout ce que j’ai à dire à ce sujet (tiens, en parlant d’autisme…), j’en profite pour ressortir de mes archives un article écrit à l’époque, le 31 mars 2009 exactement. C’était assez rigolo et ça ressemblait à ça :

2384361787_2Tout a été dit, semble-t-il, sur cette affaire du préservatif, dont Benoît XVI a déclaré qu’il aggravait le problème du Sida. Chacun s’est exprimé, soit pour contredire (avec tact et respect) le pape, soit pour le défendre (avec une mauvaise foi et une violence incomparable).

Quelques jours après la tempête médiatique, les masques tombent enfin : le Pingouin Déchaîné, seul organe de presse encore réellement libre, est allé recueillir les témoignages de nombreuses personnalités s’étant déjà exprimées. Les réponses ont été parfois surprenantes.

Alain Juppé, qui avait été le premier à s’élever, avec force et conviction, contre le pape, a ainsi déclaré : « […] le préservatif […] est inacceptable pour les populations africaines […] Il y a un vrai problème ». Il a ensuite reconnu se trouver dans « […] une situation d’autisme total.

Nous sommes ensuite allés voir Daniel Cohn-Bendit, chez lui, dans son salon aux murs tapissés de photos de Mai 68 et de trophées de chasse : une calotte par-ci, une capote par-là. L’air las et fatigué, il a d’abord refusé de répondre à nos questions ; puis a fini par lâcher, apparemment à bout de forces : « Il y en a assez maintenant […] des préservatifs […] ».

Xavier Darcos, en tant que ministre de l’éducation, ne pouvait qu’avoir un avis sur le sujet. Nous l’avons retrouvé au sortir d’une réunion parents-profs. Il nous a avoué que la situation était grave, qu’il comptait bien peser de tout son poids pour la faire basculer, et qu’il comptait par exemple interdire la play-station et les sorties entre potes. Pour son fils de 16 ans. Puis il a lancé, en s’engouffrant dans sa voiture de fonction : « Aller dire en Afrique qu’il […] faut […] utiliser le préservatif, c’est criminel. » Il a ensuite cessé son mouvement, nous a regardé dans les yeux et a murmuré, l’œil humide et la voix tremblante : « J’ai été aussi ministre du Développement et j’ai vu les ravages […] de […] l’utilisation du préservatif ». Avant de disparaître derrière la vitre teintée du véhicule.

De l’autre côté du débat, nous avons réussi à surprendre Christine Boutin, alors qu’elle sortait de la messe dominicale. Immédiatement, après de longues minutes de conversation, elle a mis les pieds dans le plat, en lançant, péremptoire alors que rien ne permet de voir en quoi elle est autorisée à s’exprimer sur de tels sujets : « […], il faut […] réduire […] l’acte sexuel au seul usage du préservatif […] » !

(La rédaction du Pingouin Déchaîné précise bien que ces propos honteux sont ceux de madame Boutin, et ne reflètent nullement l’opinion du journal. On n’est jamais trop prudent)

Grâce au Pingouin Déchaîné, la vérité est enfin faite sur cette triste affaire. Une fois encore, nous reconnaissons les hommes courageux et objectifs, et ceux qui au contraire s’expriment sur des sujets dont ils ne savent rien. Mais la liberté d’expression étant ce qu’elle est, il nous revient de donner la parole (à part égale) à tous. C’est notre lourd fardeau, mais nous l’acceptons, pour le bien de la France.

 

L’équipe de choc du Pingouin Déchaîné

PS. Nous rappelons à nos aimables lecteurs que nous sommes une structure jeune et pauvre, et que nous manquons cruellement de matériel. Merci à ceux qui nous envoient les outils dont nous avons besoin dans cette quête incessante de la Vérité. Nous remercions tout particulièrement Madame Michou., notre voisine de palier, qui nous a fait don dernièrement d’une paire de ciseaux en bon état. Ils nous furent d’un grand secours dans la rédaction de cet article.

Image : ressorti d’un placard informatique, le premier bandeau du Pingouin Déchaîné, créé un soir de révolte dans ma chambre d’étudiant. [Ajout le 4 juin 2013 : je découvre à cette occasion que l’idée m’a été piquée à deux reprises ensuite. Pour des blogs pourris. Dommage.]

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

 

Publicités