Mots-clefs

, ,

Parlons de la réforme pénale, cette réforme portée par Taubira, dont l’idée centrale est que c’est la prison qui crée le criminel. On l’a encore entendu à de multiples reprises suite à l’affaire de la tuerie de Bruxelles : le pauvre garçon a été radicalisé en prison. S’il n’avait pas été emprisonné, il serait resté le gentil garçon qu’il était auparavant.

Je vais probablement vous surprendre, mais je suis d’accord avec cette idée, ou presque. Si je ne crois pas que c’est la prison qui fait le criminel, puisqu’il faut être criminel pour y aller (en général en tout cas), je crois en revanche que la prison peut transformer un type ayant fait une connerie en un type ne sachant plus faire autre chose.

En cause : la surpopulation carcérale qui fait qu’on sort de prison avec un carnet d’adresse ne permettant que de retomber ; la forte proportion de musulmans dans nos prisons – pour des raisons que je ne développerai pas ici, mais parmi lesquelles le supposé racisme naturel des institutions judiciaires françaises n’est pas du tout la plus importante, dépassé qu’il est par un repli culturel logique dans un pays qui n’offre plus de perspectives à personnes, immigrés compris – qui fait que de nombreux prisonniers, évidemment les plus excités, se proclament imams et « évangélisent » (selon le superbe mot de Cazeneuve, fils-de-puteur en chef) les détenus, les rendant de fait encore moins aptes à s’intégrer à la sortie ; l’étouffement du système carcéral sous le nombre des détenus qui fait que la réinsertion est tout sauf facilité ; les conditions de détentions qui font que le condamné sort de prison avec une certaine haine à l’égard de la société ; etc.

Les raisons sont nombreuses, mais toutes convergent sur quelques points généraux : la détention est inhumaine et ne permet pas aux détenus de « se convertir », et au contraire les incite à délinquer encore plus dès la sortie tout en leur en donnant tous les moyens sur un plateau.

C’est d’ailleurs pour ces raisons que Christine Boutin a déclaré il y a peu soutenir cette réforme pénale : « Je soutiens ce projet. Je suis convaincue que l’enfermement systématique n’est pas la solution. Les conditions de détention sont déplorables et ne permettent aucunement la réinsertion des condamnés« , déclare-t-elle. C’est aussi la position de Taubira, qui présente cette loi parce que la prison n’est selon elle pas la solution.

Si la prison n’empêche pas la récidive – Taubira parle d’un « projet de loi sur la prévention de la récidive et l’individualisation des peines » –, c’est pour deux raisons : la première, c’est que les peines prononcées ne sont pas dissuasives. La deuxième, c’est que la prison, effectivement, est un bouillon de culture dans lequel un petit délinquant trouve tout ce qu’il lui faudra pour en devenir un grand, nous l’avons vu.

Penchons-nous sur ce deuxième point, qui est celui qui guide Taubira dans ce débat, et qui pousse Boutin à la soutenir.

Pourquoi la prison est-elle devenue un tel bouillon de culture ? Globalement pour une simple raison : la surpopulation carcérale. Surpopulation qui advient alors même qu’on emprisonne de moins en moins pour les peines courtes. Nous avons donc trop de criminels déjà endurcis dans des prisons trop petites. Évidemment, si on met un petit délinquant là-dedans, soit il se suicide au bout de trois jours parce que c’est insupportable, soit il devient un dur lui aussi. Et à sa sortie, il fera largement pire que ce qui l’avait envoyé en prison.

La solution de Taubira (et, précisons-le quand même, de tous les autres avant elles, puisque cette réforme ne fait qu’accentuer ce qui existe déjà), c’est de ne plus envoyer les gens en prison. C’est-à-dire de ne plus protéger la société de ses criminels sous prétexte qu’ils risqueraient de sortir encore plus dangereux. C’est crétin. L’autre solution, c’est de s’attaquer aux raisons qui font que la prison est un bouillon de culture.

Il n’y a pas assez de places en prison ? Construisons des prisons. En plus, ça fera bosser des entreprises de BTP, ça créera de l’emploi. Le chômage étant une des causes de la délinquance, on y gagnera sur tous les plans.

Les détenus n’ont rien d’autre à faire pour s’occuper que regarder la télévision, faire de la musculation ou organiser des trafics ? Occupons-les. Faisons-les travailler, dans la prison ou au dehors pour certains. Ils s’occuperont, ils apprendront peut-être même un métier, ils rembourseront les frais qu’ils occasionnent.

– Les gardiens sont dépassés ? Embauchons-en autant qu’il y a de prisonniers. Ça ou le chômage, c’est vite vu : il y aura des volontaires. D’autant plus que le travail sera globalement moins pénible si on construit des prisons plus petites et plus fonctionnelles. Les rebellions seront plus rares si les détenus sont moins nombreux (et bossent toute la journée : ça fatigue) et mieux surveillés.

– Les petits caïds apprennent en prison tous les trucs qui les feront passer au rang de gros caïds ? Séparons les détenus selon la gravité de leurs peines. Si on a plus de prisons, ça ne posera pas de problème. Et tant pis s’ils sont un peu plus loin de leurs familles : ils travaillent, que ça paie donc les trajets de la famille pour les visites.

– Les détenus sortent de prison sans aucune carte en main ? Nous avons déjà vu qu’ils apprendront un métier, mais il faut aussi les préparer à la sortie. Leur donner au moins les moyens de s’en sortir. S’ils en ont les moyens et savent en plus que s’ils ne font aucun effort ils retomberont et prendront une peine plus longue la fois d’après, ça sera beaucoup plus efficace que de les faire sortir sans rien et sans crainte de la punition suivante.

Finalement, ces petites prisons réparties un peu partout – au lieu de ces quelques énormes prisons inhumaines – permettront d’appliquer les peines, même celles inférieures à un an ; elles permettront de préparer la suite avec les détenus ; elles ne seront pas un endroit où on se fait un carnet d’adresse ; elles ne seront pas un moment où on ne cultive que sa haine de la France qui nous a foutu dans un endroit aussi dégueulasse ; etc. Et en plus, elles seront bienvenues dans certaines villes de province, apportant avec elles de l’emploi : gardiens, cuisiniers, lavandiers, etc. Et aussi de la main d’œuvre un peu moins cher (même si ça doit rester raisonnable), ce qui pourrait inciter des entreprises à délocaliser pour en bénéficier. Bref, la prison deviendrait pour une petite ville une garantie d’activité.

Bien sûr, ça demande un peu de courage politique, de faire tout ça. Ça demande de débloquer des fonds, ça demande de lancer des travaux, ça demande d’arrêter de brosser les délinquants dans le sens du poil. C’est certain. Mais ça marcherait, c’est une évidence.

Et surtout, ça permettrait, ENSUITE, de vraiment bosser sur l’individualisation des peines, qui est le deuxième argument de Taubira. (À condition de réformer aussi la Justice, sur les mêmes bases : première chose, gonfler les effectifs pour pouvoir traiter toutes les affaire correctement… Là aussi, ça demande un énorme courage politique.)

Là où tout ça devient intéressant (vraiment intéressant, je veux dire), c’est que tout ça était plus ou moins prévu. Il y a deux ans, j’étais journaliste à Saint-Lô, dans la Manche. L’implantation d’une nouvelle prison y était prévue pour 2017, de même qu’à plusieurs autres endroits en France (la Réunion, le Lot, etc.) L’ordre en avait été donné à Michel Mercier, Garde des Sceaux, par Nicolas Sarkozy.

En novembre 2012, la nouvelle tombait : il n’y aurait pas de prison à Saint-Lô. Et ailleurs non plus, apparemment. Ordre direct du nouveau Garde des Sceaux : Taubira.

En clair, Taubira a elle-même sabordé le seul projet qui lui aurait permis, ensuite, de proposer sa réforme dans de bonnes conditions. Et elle l’a fait alors même qu’elle n’aurait pas eu à en porter la responsabilité : c’était le projet du gouvernement précédent.

Dans le genre crypto-Shadok, qui crée les conditions qui empêcheront par la suite de faire autre chose que de la merde, on fait pas mieux. Et Boutin, dans le genre Shadok, qui propose une solution apparente sans comprendre qu’elle ne fera qu’accentuer le problème de fond, se pose là également.

Aristide aussi a écrit sur le sujet. Woland également, en plus rigolo.

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

 

Publicités