Étiquettes

, ,

Revenons donc sur le fond de cette affaire, un peu plus calmement.

En résumé : le pape François invite Juifs et musulmans à prier côte à côte pour la paix dans les jardins du Vatican. Chacun à son tour prononce une prière ; dans la sienne, l’imam prononce la phrase « Donne-nous la victoire sur les Infidèles », et ce faisant sort de ce qui était initialement prévu. Voilà pour les faits, qui ne sont plus, je crois, contestés par personne.

Je ne jugerai pas ici de l’intention de l’imam : je ne sonde pas encore les reins et les cœurs, contrairement à ceux qui d’un côté disent que c’était une provocation volontaire, et ceux qui de l’autre disent que relever cette petite phrase prouve qu’on ne désire pas vraiment la paix. Je me contenterai de répondre à quelques objections, puis de conclure sur ce que cette affaire dit de l’Islam et du regard que portent certains sur lui.

I] Les objections les plus courantes

1. « Cette phrase est aussi courante que « Maintenant et pour les siècles des siècles » pour les chrétiens : il l’a donc probablement dites par réflexe, sans y penser. »

C’est peut-être vrai, nous ne le saurons jamais. Il me semble quand même, malgré tout, que si c’était si évident qu’elle serait prononcée, alors cette phrase aurait dû être écrite sur le document préparatoire de la rencontre. Elle ne l’était pas. Ça prouve bien que cette phrase a été considérée par les rédacteurs – musulmans – du document comme potentiellement offensante pour les autres personnes présentes. On ne saura jamais si elle a été retirée pour une bonne – « Il ne faudrait pas blesser nos interlocuteurs » – ou une mauvaise raison – « On va bien les entuber : tu la prononceras quand même et ils n’y verront rien ». Et je ne me prononcerai pas : je le répète, je n’en sais rien. Dans tous les cas, on a donc raison de considérer que cette phrase, sans présumer de l’intention de celui qui l’a prononcée, peut être offensante.

2. « Les infidèles, ce sont les polythéistes : chrétiens et Juifs ne sont pas visés. »

Il se trouve qu’une partie de l’Islam considère que le christianisme est un polythéisme, à cause de la Trinité. De plus, je ne crois pas savoir que le pape François ait appelé à prier pour « la paix entre religions monothéistes », mais seulement « pour la paix ». Donc même si les personnes présentes n’étaient pas visées directement par cette phrase, ça n’en reste pas moins un peu déplacé.

3. « Il y avait ce jour-là des personnes arabophones dans l’assistance, dont Monseigneur Fouad Twal, qui ne s’est pas offusqué. C’est bien la preuve que c’était pas offensant. »

Et si ce Monseigneur avait simplement décidé d’éviter un esclandre en plein milieu d’une prière pour la paix ? On peut considérer que ça ne soit pas évident de se lever en plein milieu d’une prière pour la paix, en présence de nombreuses hautes autorités religieuses et politiques, pour aller se foutre sur la gueule avec l’un d’eux, non ?

Et s’il s’était offusqué, auriez-vous considéré que lui non plus ne voulait pas vraiment que cette rencontre fonctionne ? N’aurait-il pas été un de ces « haineux » que vous dénoncez ?

4. « Mes amis musulmans disent que ça n’est pas une attaque contre les chrétiens. Mais c’est sans doute la fameuse duplicité des musulmans. »

Là on rentre dans le vif du sujet, celui qui fait que j’écris cet article. Il mérite de passer au II.

II] Les musulmans, premières victimes de la duplicité du Coran

Ces « amis musulmans » ne sont pas forcément des menteurs et des hypocrites ; ils ne jouent pas forcément double-jeu, gentils avec l’auteur pour mieux l’égorger le jour venu ; ils sont sûrement sincères dans leur dénonciation de l’islam fondamental. Alors pourquoi refusé-je de prendre leur parole pour argent comptant ?

Une fois n’est pas coutume : je vais laisser KozToujours répondre à ma place. Dans les commentaires de son billet « La paix soit avec nous », il écrit ceci :

Comme me le disait un ami très engagé dans le dialogue interreligieux, la place de l’interprétation et l’absence de hiérarchie font qu’on ne peut pas dire que celui qui porte une vision violente de l’islam soit en contradiction avec l’islam, pas plus qu’on ne peut le dire de celui qui porte la vision d’un islam, religion de paix et d’amour.

KozToujours

Tout est là : effectivement, un musulman qui dit qu’il faut égorger les chrétiens le fait avec autant de bonne foi que celui qui dit que l’infidèle est tout autant le mécréant que le musulman qui n’agit pas comme Allah le veut. Les deux sont de bons musulmans, et pourtant les deux ont raison de considérer que l’autre est un mauvais musulman qui trahit l’islam.

Pourquoi ? Parce que le Coran dit tout et son contraire. Le Coran est alternatif, oserai-je. Ici il dit que les autres religions sont respectables et dignes, là il appelle à les soumettre à la charia, par la force si besoin.

C’est d’ailleurs pour ça que les premières victimes des islamistes sont des musulmans : ils ne sont pas assez bons musulmans pour eux. Ils sont des mécréants.

Mais il y a plus grave : il y a cette fameuse « takiyah », qui fout tout le monde dedans, les musulmans en premier lieu. La takiyah, c’est cette autorisation faite, selon le Coran, aux musulmans de mentir dans certains cas.

Pour certains, ça n’existe pas. Pour d’autres, c’est uniquement pour protéger sa vie. Pour les derniers, c’est plus généralement quand l’islam peut en bénéficier. Ainsi, on connait ces cas où des fondamentalistes planifiant des attentats ou des attaques agissaient en parfait occidentalisés parce qu’ils se savaient surveillés. Le journaliste Samuel Laurent l’évoque à propos de l’implantation d’al Qaida en France :

Au terme d’une réimplantation longue et délicate qui leur permet d’échapper à la surveillance des services français, mais également d’endormir la méfiance de nos concitoyens, ces hommes se tiennent prêt à frapper des cibles de grande ampleur. Ils ne correspondent absolument pas au profil établis par nos services, puisqu’ils s’intègrent parfaitement dans notre société. Pas de barbes, pas de discours suspect, pas de prosélytisme. A l’inverse, ces hommes font tout pour apparaitre « comme modérés ».

On a donc un texte contradictoire de bout en bout, et qui comporte en lui-même tout ce qu’il faut pour qu’on ne puisse pas croire ceux qui l’interpréteront de façon positive et pacifique. Les premiers à en pâtir sont évidemment les musulmans pacifiques eux-mêmes : ils n’ont aucun moyen de prouver qu’ils sont de bonne foi, puisqu’ils pourraient très bien dire exactement la même chose, et agir exactement de la même façon, s’ils étaient de mauvaise foi, sans que ça soit contradictoire.

Sachant cela, et connaissant les horreurs que certains font autour du monde en se justifiant par ce même texte, il est compliqué de ne pas avoir toujours une petite pointe de méfiance face à un musulman, quand bien même il jurerait ses grands dieux qu’il est pacifique.

III] Une ultime incompréhension

Le problème va plus loin : j’en écrirai quelques mots, tout en ayant bien conscience de sortir un peu du sujet de départ.

De nombreux cathos ont du mal à comprendre un point pourtant fondamental : l’islam n’est pas « une religion de plus ». On entend souvent cette remarque quand on évoque la difficulté qu’ont les musulmans à s’intégrer dans notre société : ce serait uniquement à cause d’un défaut de laïcité et d’un reste de racisme. Invoquer la laïcité en parlant d’islam : l’erreur est là. L’islam n’est pas qu’une religion, il est aussi un système politique. L’islam est une loi civile à part entière. Il n’y a pas en islam de « Rends à César ce qui est à César », cette petite phrase qui, soit dit en passant, a rendu la laïcité possible.

Ainsi, le musulman est forcément tiraillé entre la loi du pays où il se trouve et sa loi religieuse. C’est d’ailleurs à mon avis pour ça que la Manif pour tous a eu tant de mal à recruter dans les banlieues islamisées : parce que pour eux la loi française ne signifie en fait pas grand-chose. Peu importe que la France autorise les homos à se marier : eux ne le feront pas, et puis c’est tout. De même que certains se préoccupent assez peu de l’obligation qui est faite par la loi de se marier d’abord en mairie. De toute façon, la seule personne qui peut en pâtir est le membre du clergé qui marierait un couple sans la preuve qu’il est marié en mairie ; or, en islam, nul besoin d’un membre du clergé pour se marier :

il n’est pas besoin d’un imam ou d’un cheikh pour obtenir la bénédiction, car celui-ci n’est ni un représentant de Dieu ni Son intermédiaire pour les autres croyants. L’intermédiaire entre Dieu et l’homme est le cœur de ce dernier, mais il faut, pour obtenir la bénédiction divine, également tenir compte du cadre que l’islam permet.

Source

Bien entendu, là aussi, on trouve des musulmans qui respectent la loi française et lui donnent la primauté sur la loi religieuse. Mais encore une fois, ils se retrouvent ainsi accusés d’être de mauvais musulmans par ceux qui, tout aussi légitimement, considèrent qu’un musulman peut très bien être polygame, même si la loi française l’interdit.

Pour conclure, je réaffirmerai ici ma conviction la plus profonde : oui, il y a des musulmans pacifiques, bons, aimants. Oui, il y a des musulmans qui veulent sincèrement s’assimiler et devenir aussi Français qu’un Auvergnat catholique. Oui, il y a des musulmans qui cherchent la paix avec les autres religions, notamment les deux autres monothéismes.

Mais ma conviction est qu’ils sont tout ça malgré leur religion, voire contre celle-ci.

Ceux-là, il faut en effet dialoguer avec eux, en Vérité. C’est-à-dire pas pour leur dire que leur religion est magnifique, qu’elle vaut bien la nôtre, et qu’après tout nous adorons le même Dieu, mais pour leur dire qu’ils se plantent et qu’ils se condamnent à fréquenter des ordures, des meurtriers et des menteurs, sans pouvoir prouver que ce sont ceux-là qui ont tort.

Quand ces hommes de Bien comprendront leur erreur, alors ils ne se diront plus musulmans, et alors l’islam mourra de lui-même, ou avec un petit coup de pouce de notre part. C’est pour cela que nous devons prier quand nous prions pour la paix. C’est alors que Dieu nous aura vraiment donné la victoire contre les infidèles…

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

 

Advertisements