Mots-clés

, , ,

Mon idée de se retrouver pour veiller debout devant certains points stratégiques ayant touché plus de monde que je l’espérais, il est temps de faire quelques mises au point de dernière minute.

1. Je n’appelle personne à détourner la manifestation LMPT. Il ne s’agit pas de faire concurrence à LMPT mais au contraire de la soutenir en ajoutant une dimension supplémentaire à l’action.

Je ne serai pas à Paris dimanche en tant que manifestant : je ne passerai pas à la manifestation. Si vous êtes à la manifestation et que vous voulez plutôt aller veiller, alors sortez du parcours seul et en rangeant vos signes distinctifs : vous avez fini de manifester, vous allez faire autre chose. Rejoignez un des lieux du pouvoir (liste non-exhaustive ci-dessous) par vos propres moyens, individuellement, sans manifester.

2. Les Sentinelles sont des individus libres et indépendants : quand vous venez veiller debout, vous ne rejoignez pas un groupe ni une manifestation. Vous usez de votre droit à vous tenir debout dans la rue. En droit, les CRS ne peuvent rien contre vous si vous êtes debout, seul, sans rien qui puisse laisser entendre que vous manifestez.

Gardez un mètre d’écart avec vos voisins, n’apportez pas de banderoles ou de panneaux, encore moins de sifflet.

Restez debout, calme et déterminé, en silence autant que possible. Éventuellement, si vous craignez l’ennui, apportez un livre.

3. Les passants vous demanderont peut-être ce que vous faites. Répondez-leur poliment en détaillant les grandes lignes de notre combat, sans outrance ni violence. Si vous ne vous sentez pas capable de tenir une discussion de fond, dites-le simplement et renvoyez vers un de vos voisins qui serait plus à l’aise. Mieux vaut en dire pas assez que tomber dans la caricature : soyez sobre et mesuré !

4. Toute cette opération est entièrement NON-VIOLENTE et complètement légale ! À aucun moment, je n’appelle à enfreindre la loi, à détruire quoi que ce soit, à attaquer qui que ce soit.

Au contraire : quand les forces de l’ordre arrivent sur place et vous ordonnent de partir, attendez les sommations puis pliez bagage pour aller, toujours individuellement, à un autre endroit. Vous pouvez aussi décider que vous êtes dans votre bon droit et que vous ne bougerez pas. Les deux sont possibles. Vous pouvez très bien obéir aux ordres – illégaux – à plusieurs reprises puis décider à un moment de ne plus bouger.

Mais en toutes circonstances, restez calmes et pacifiques. Vous avez la loi de votre côté. Ils n’ont que la force.

5. Voici quelques idées de lieux où se rendre. Cliquez sur les noms pour accéder à une carte.

Le ministère de la Justice, place Vendôme
Le ministère des Affaires sociales, avenue Dusquesne, derrière l’école militaire
Le ministère de l’Éducation nationale, rue de Grenelle
Le ministère de l’Intérieur, place Beauvau
La grande loge maçonnique de France, rue Puteaux, métro Rome
Le grand Orient de France, rue Cadet, métro Cadet
L’Assemblée nationale, en face de la Concorde
Le Sénat, au jardin du Luxembourg
L’Élysée, en face du ministère de l’Intérieur
Matignon, rue de Varenne
Le Cese, place d’Iéna, à deux pas du parcours de la manifestation

Et tant d’autres.

N’hésitez pas à imprimer cette petite carte, qui vous fera un pense-bête efficace. Et pourquoi pas à plusieurs exemplaire ?

map_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités