Étiquettes

, , , ,

Hier, on apprenait que Facebook avait présenté ses excuses aux LGBT pour leur avoir demandé d’utiliser leur vrai nom. « Celles et ceux qui défendaient le droit à s’inscrire sous un autre nom que leur identité civile ont obtenu gain de cause », titrait Yagg le 2 octobre.

À l’origine de la polémique, une exigence de Facebook de transformer tout profil n’utilisant pas un vrai nom en une « page ». De nombreux LGBT utilisant des faux noms, ils se sont indignés. En effet, une page permet beaucoup moins d’interactions avec ses abonnés qu’un profil.

Chris Cox, vice-président responsable des produits de Facebook, a posté sur sa page Facebook pour entériner cette décision :

L’esprit de notre politique est que chacun sur Facebook utilise le nom qu’il utilise dans la vraie vie (…) Pour soeur Roma, c’est soeur Roma, pour Lil Miss Hot Mess, c’est Lil Miss Hot Mess.

Ce matin, en voulant me connecter vers 11 heures, je suis tombé sur ça :

AA ConversionImpossible d’accéder à mon profil, qui existe pourtant sous ce pseudo – que j’utilise d’ailleurs « dans la vraie vie » puisqu’un paquet de gens ne me connaissent que sous ce nom – depuis des années, sauf à le transformer en page, ce qui ne servirait à rien puisque j’ai déjà une page, qui elle représente bien la « personnalité » Fikmonskov, et non la personne réelle.

Le timing est étonnant : d’un côté on s’excuse platement devant les LGBT, de l’autre on censure un blogueur militant contre les LGBT.

LGBT qui m’ont sûrement dénoncé en nombre à Facebook : hier, ils me traitaient d’apprenti-terroriste parce que je veux aller me tenir debout pacifiquement dans Paris.

censureBref, on sait maintenant de quel côté est Facebook… Une chose est claire : je ne transformerai pas mon profil en page. Je risque donc d’être silencieux un moment. C’est pas plus mal.

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités