Étiquettes

, , ,

Depuis quelques jours, sur Twitter, on voit beaucoup cette photo :

MecaryLe propos est choquant et Caroline Mécary est connue pour être une avocate pro-LGBT, intervenant souvent dans Tétu et dans Yagg, médias homos militants : forcément, ça tourne. Et chacun de s’indigner.

Moi, quand je vois ça, je me dis que ça m’arrange un peu trop. Alors je vérifie. Et je finis par tomber sur cette page du site de la Manif pour tous.

En lisant les résumés, je constate que l’idée de « résidence alternée » n’est pas de Caroline Mécary, mais d’Anne Verjus (docteur en études politiques, membre du laboratoire Triangle CNRS-ENS Lyon). Caroline Mécary était bien intervenante au même colloque, mais ne semble pas avoir tenu les propos incriminés.

Il est probable que l’auteur de la photo ait souhaité les attribuer à Mécary, plus connue – bien qu’aussi peu chevelue – que sa camarade : le buzz prend plus quand l’ennemi est déjà connu.

J’écoute donc l’extrait proposé par LMPT : les propos rapportés sur la photo sont bien ceux qui ont été tenus. Je remarque cependant que des rires se font entendre, de plus en plus forts à mesure que l’orateur (-trice ?) progresse dans son discours. À la fin, sur le « puisqu’on serait déjà séparés », Verjus elle-même semble peiner à contenir un sourire, et le rire de la salle est franc et clair.

Pourquoi ces rires ? Est-ce de l’humour ? De la provocation ? Une exagération assumée ? Un clin d’œil à ce qui a été dit avant ?

Je ne sais pas. L’écoute des extraits proposés ne permet pas de le dire. Ce qui est clair en revanche, c’est que le contexte dans lequel ces phrases ont été dites atténue leur portée et laisse planer un doute sur la véritable pensée de la personne qui les a prononcées, ainsi que des personnes qui les ont entendues.

Cette photo n’a donc aucun intérêt, sinon celui – encore une fois – de donner aux gens d’en face une possibilité de plus de montrer que nous n’avons aucune autre solution pour nous battre que d’inventer des citations choc.

Je doute qu’on y gagne…

[Ajout à midi : un militant de LMPT 69 qui a assisté à la conférence précise :

– Début de citation –

Nous avions deux personnes infiltrées, malgré le filtrage à l’entrée, et l’interdiction de films, enregistrements et photos. Nous avons récupéré l’ensemble des enregistrements faits malgré tout, et sélectionné quelques passages, dont les extraits que tu cites.

Anne Verjus est une chercheuse sponsorisée, la présence d’Irène Théry et de Caroline Mécary lui offrant un marchepied assez important. Ses théories sont assez flippantes, d’autant plus qu’elles s’inspirent des modes d’éducation de la haute aristrocratie et bourgeoisie du XVIIIè siècle. Un mari absent qui a une ou plusieurs maîtresses, une femme un tantinet libertine qui passe du temps dans les salons mondains, des enfants légitimes ou naturels élevés par une cohorte de bonnes, rencontrant leurs mères pour un bisou avant d’aller au lit.

Cette Anne Verjus n’a pas l’expérience des deux autres, elle a donc exprimé sa proposition de façon trop hâtive, grossière et caricaturale. Même la salle qui était acquise à la cause a rigolé tant la formulation était abrupte et les conséquences délirantes. Anne Verjus a été surprise de ne pas recevoir d’applaudissements et est devenue très confuse.

Il faudrait quand même dire à Caroline Mécary que LMPT 69 ne lui a jamais attribué ces propos, tenus effectivement par Anne Verjus. Donc la #manifdelahonte n’a pas transigé avec la vérité. Quelques twittos, par flemme ou par malice, ont fait un amalgame un peu rapide.

En revanche, Caroline Mécary a effectivment dit: « Pour pouvoir abolir le mariage, il faut d’abord que tout le monde puisse en bénéficier. »

– Fin de citation –

Bref, encore une fois certains choisissent les extraits les moins parlants et les magouillent, ALORS qu’ils auraient été 1000 fois plus efficaces en choisissant un autre extrait brut, sans la moindre magouille. Affligeant.]

[Et donc maintenant on partage ça :

Mecary

Cliquez sur l’image pour retrouver le tweet qu’il faut retweeter.]

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités