Mots-clefs

, , ,

Rappelez-vous : je parlais de ce sémillant jeune homme en mars 2013, lorsqu’il avait interpelé le CSA pour lui demander s’il était normal qu’on parle autant de la Manif pour tous à la télévision.

Un article que j’avais dû mettre à jour lorsque le même individu avait été épinglé pour avoir prêté sa mairie à un de ses adjoints, réalisateur à ses heures, pour qu’il y tourne un film mi-pornographique, mi-nul à chier.

Aujourd’hui, cette semi-raclure de brosse à chiottes se fait à nouveau remarquer, et à nouveau pour son sens tout particulier de la liberté. Il a demandé qu’une adjointe au nouveau maire d’Asnières, son remplaçant, donc, soit démise de ses fonctions.

Non, elle n’a pas publié une sex-tape tournée dans son bureau. Non, elle n’a pas refusé de célébrer un mariage en traitant les futurs époux de « sales pédales » ou de « sales bicots ». Non, elle n’a pas harcelé sexuellement un de ses assistants. Non, elle n’a pas détourné des millions d’euros pour financer des messes noires dans les sous-sols de la mairie (et payer sa piscine, aussi).

Elle a fait pire que tout ça : elle a retweeté Marine le Pen.

Un tweet où elle annonçait son envie de virer tous les noirs et les arabes de France ? Un tweet affirmant son envie de se désinscrire du KKK depuis que celui-ci accueille les homosexuels ? Un tweet où elle utilise le mot « détail » ?

Non, vous n’y êtes pas. CE tweet. Accrochez-vous, ça secoue.

penVoilà. Ça, selon Pietrasanta, ça justifie d’être démis de ses fonctions d’adjoint au maire.

Ce mec est fou.

staline-de-pacotille_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités