Chers lecteurs, chers amis

J’aurais normalement dû vous écrire ce message assis dans la douce clarté d’une cabane en bois couverte de neige sise au fin fond du Kosovo. Le sort – et un douanier albanais – en a décidé autrement. C’est une longue histoire que je compte bien vous raconter. Mais pas maintenant.

Car maintenant, entre une douche et une soirée belgradoise (pas sûr qu’on dise comme ça : de Belgrade, donc), je m’assieds à la table de ma chambre d’hôtel, peu boisée et pas du tout couverte de neige, pour vous souhaiter à tous une joyeuse année 2015.

Que Dieu vous garde, et à bientôt.

Moi, j’ai de la Rakijia (je vous raconterai ça aussi, promis) qui m’attend pour couler à flot ! L’année commence donc bien.

Fik

Publicités