Où l’on constate que nos « dirigeants » feraient bien de lire « la géopolitique pour les nuls »

Mots-clefs

, , ,

Je vous propose un petit exercice : comparez ces deux situations et dites-moi quelles sont les différences entre elles.

1. Pays : S, capitale B. Les habitants A devenus majoritaires dans la région K du pays S demandent l’indépendance, par la force, avec le soutien du pays A, voisin de la région K.

Le gouvernement du pays S tente de conserver sa région K, par les armes. Guerre.

Le pays US décide d’empêcher le gouvernement S de défendre la région K, suivi par plusieurs pays de l’UE. La capitale B est bombardé, l’armée S se retire de K, qui prend son indépendance. Le pays K est reconnu par US et UE.

2. Pays : U, capitale K. Les habitants R devenus majoritaires dans les régions C et D du pays U demandent l’indépendance, par la force, avec le soutien du pays R, voisin des régions C et D.

Le gouvernement du pays U tente de conserver ses régions C et D, par les armes. Guerre.

Les régions C et D proclament leur indépendance et sont reconnues par le pays R. Le pays US soutient le gouvernement U qui bombarde les grandes villes des nouveaux pays, en lui fournissant des armes.

Vous l’avez peut-être compris, le premier cas est celui du Kosovo, arraché à la Serbie par les Albanais, notamment grâce aux bombardements de l’Otan sur Belgrade et sur le Kosovo. Le second cas est celui de la Crimée et surtout du Donbass, que la Russie a voulu arracher à l’Ukraine, ce que les US refusent, tellement qu’ils envisagent de livrer des armes à Kiev malgré l’évident scandale du bombardement continuel de Donetsk par l’armée ukrainienne.

Précisons par ailleurs que le Kosovo est historiquement et culturellement serbe, alors que la Crimée, et le Donbass dans une moindre mesure, sont historiquement et culturellement russes.

Les réactions des US — et de leurs caniches européens — sont donc non seulement incohérentes l’une par rapport à l’autre, mais elles sont en plus illogiques quel que soit l’angle sous lequel on regarde.

La seule explication logique et cohérente, c’est que les US ne travaillent qu’à une seule chose : diviser l’Europe en maintenant artificiellement une opposition entre l’UE et la Russie, qui se déchirent pour le contrôle des pays se situant entre eux ; et affaiblir l’Europe en l’entourant d’ennemis mortels : les djihadistes, qui ont fait tomber les quelques dictateurs qui assuraient un peu d’ordre et de stabilité sur le pourtour méditerranéen avec le soutien effectif des US.

Ainsi, l’Europe reste faible et divisée, et ne peut guère s’opposer au projet impérialiste des US. Pire, elle sera de plus en plus obligée de supplier les US de la défendre contre les ennemis qu’ils auront eux-mêmes installés à nos frontières, voire à l’intérieur même de notre territoire — le Kosovo albanais, où les mosquées fleurissent et qui fournit de nombreux combattants à l’État islamique.

Le chantage affectif qui consiste à rappeler le nombre de jeunes américains morts sur les plages de Normandie « pour libérer l’Europe » commençant à perdre de sa force — et Sardou vieillissant —, il leur faut bien trouver une nouvelle raison de venir mourir chez nous pour nous libérer — et mieux nous asservir ensuite. C’est ce qu’on appelle faire de la politique.

Le plus grave, c’est que tout ça se fait avec l’aide active de nos dirigeants, et sous les applaudissements de notre population.

C’est rare, mais là c’est vrai : de Gaulle me manque. Et le premier qui me dit que Sarko est l’homme providentiel, lui dont le fils est étudiant dans une école militaire US, je lui fous mon poing dans la gueule.

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités

13 réflexions à propos de “ Où l’on constate que nos « dirigeants » feraient bien de lire « la géopolitique pour les nuls » ”

  1. Didier Bous a dit:

    Parfois on tombe sur un Français intelligent, quelqu’un comme vous, doté d’un cerveau. Malheureusement, c’est rare et c’est à pleurer.

  2. HerveLE a dit:

    JM Benamou, citant Miterrand peu avant sa mort:

    « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »

    très bon billet en tout cas… qui aurait pu etre écrit par un Francois Asselineau. vous avez entendu parler de l’UPR?

  3. Merci monsieur Bous.

    Hervé, je découvre, je vais fouiller un peu tout ça, merci.

  4. Alexandre a dit:

    Je suis d’accord avec vous que la politique américaine est incohérente et source de grands désordres. Plutôt qu’à un plan réfléchi je l’attribuerais à l’ignorance, à l’aveuglement idéologique, à la persistance de vieux réflexes et à l’indifférence pour les conséquences à long terme.

    Un rapprochement Europe Russie est très souhaitable notamment pour contenir les dangers communs : djihadisme et Chine. Ça sera facilité par l’unité de nos cultures et nos liens historiques, même si vous semblez mépriser de tels arguments « affectifs ». Mais tout de même – et aussi absurde et provocante qu’ait pu être la volonté d’élargir l’OTAN à l’est – la Russie est aujourd’hui dans la position de l’agresseur. Tant qu’elle ne rencontrera pas une réaction forte de la part de pays déterminés pour la stopper à aller jusqu’au bout, elle continuera à tirer son avantage et à provoquer des incidents sur d’autres théâtres. L’Europe pourrait jouer cette carte : de vraies sanctions (par ex. expulsion de l’OMC, arrêt de l’achat du gaz, embargo sur les devises) couplées à un vrai plan de sortie de crise (par ex. neutralité de l’Ukraine, fédéralisme, arrêt de l’élargissement de l’OTAN, sphère d’influence).

    Être gaulliste ça n’est pas renier les américains pour aller embrasser les russes. C’est encore moins juger des rapports stratégiques en terme de bien et de mal. C’est en toute chose privilégier le seul intérêt de la France. Nous avons besoin des américains aujourd’hui pour tenir nos marches (le passage sur l’Europe qui va pleurer chez oncle Sam pour être défendue me fait bien rire, ça n’est quand même pas la faute des US si on liquide nos armées ?), demain pour espérer être entendus de la Chine. Mais nous ne sommes pas obligés, nous serons d’accord là-dessus, d’épouser toutes leurs querelles et de les suivre à l’aveugle.

    tl;dr pas de retournement d’alliance, l’indépendance.

  5. PMalo a dit:

  6. « Je suis d’accord avec vous que la politique américaine est incohérente »

    Justement non, c’est ce que je dis : elle n’est pas incohérente, au contraire. Elle est complètement logique, derrière une apparente incohérence. Mais il faut aller plus loin que l’apparence pour comprendre que tout ça est complètement fait exprès.

    « le passage sur l’Europe qui va pleurer chez oncle Sam pour être défendue me fait bien rire, ça n’est quand même pas la faute des US si on liquide nos armées ? » Euh, si : l’Otan, c’est eux qui l’ont voulue, et c’est elle qui fait qu’on liquide nos armées nationales au profit d’une – pour le moment hypothétique – armée européenne.

    Je ne suis pas d’accord avec votre vision de la Russie comme agresseur, pas du tout. Déjà parce que Crimée et Donbass étant effectivement russes, la Russie ne fait que récupérer ce qui lui appartient (ou alors récupérer l’Alsace-Lorraine était une agression). Et ensuite parce que la Russie n’a de toute façon pas les moyens de se battre seule contre tous. Enfin, si la Russie est l’agresseur dans cette affaire, alors les US le sont aussi depuis des décennies partout dans le monde. Et ne me parlez pas de « apporter la démocratie », je risquerais de devenir violent.

    « pas de retournement d’alliance, l’indépendance » Je serais d’accord avec vous si

    1. nous avions une alliance avec les US, ce qui n’est pas le cas : nous sommes des larbins ;
    2. Des alliances étaient contraires à l’indépendance. Au contraire : les alliances sont nécessaires à l’indépendance. Des alliances faites en fonction des intérêts du pays à l’instant T.

  7. « Être gaulliste ça n’est pas renier les américains pour aller embrasser les russes. C’est encore moins juger des rapports stratégiques en terme de bien et de mal. C’est en toute chose privilégier le seul intérêt de la France. » : certes, certes, mais nous devons être un certain nombre à penser que l’intérêt de la France (ni d’aucun pays européen, du reste) ne consiste pas à jeter de l’huile sur le feu dans cette affaire. Nous n’avons rien à gagner à jouer les toutous des Etats-Unis. Surtout quand le champ de bataille ne se trouve pas si loin. Adopter une politique raisonnable (et donc pacifique – je n’ai pas dit pacifiste) n’a rien à voir avec le fait d' »embrasser les Russes », ni qui que ce soit.

  8. Alexandre a dit:

    @ Fikmonskov Je ne vois pas quelle logique il peut y avoir de la part des américains à agresser la Russie(j’emploie le terme d’agression pour qualifier l’élargissement de l’OTAN pour montrer que je peux être sensible au point de vue russe). N’était-ce pas Huntington qui qualifiait la Guerre Froide de querelle domestique interne à l’Occident ? On n’a retenu que le pire de son argumentation. Je ne m’attarde pas sur ce point, si vous êtes habitué à lire le marc de café du bazar géopolitique, vous continuerez à voir une volonté machiavélique là où je ne vois que des erreurs. Je précise juste qu’il me semble que provoquer un ancien ennemi avec qui on pourrait s’entendre est contraire aux intérêts des US, comme l’est la déstabilisation des régimes du Moyen-Orient, le soutien aux séparatistes et opposants chinois (car qui dit trouble interne dit soit effondrement, soit coup d’état militaire, dans les deux cas une catastrophe) et combien d’autres absurdités de leur politique brouillonne.

    Sur l’OTAN et les dépense militaires vous m’étonnez. Ce discours ne vous aura pourtant pas pas échappé http://www.defense.gov/speeches/speech.aspx?speechid=1581 Et ça n’est pas qu’un discours un peu rentre-dedans d’un futur retraité, combien de petites piques sur l’insuffisance militaire des européens depuis plus de dix ans ?

    « Crimée et Donbass étant effectivement russes, la Russie ne fait que récupérer ce qui lui appartient », certes, et c’est ce qui qualifie l’agression. Comprenez-bien que je ne dis pas que la Russie est méchante, pas plus que je ne dis qu’elle a agit sans motif ou qu’elle n’a aucun droit sur ces terres. Je dis simplement qu’elle agresse un pays en vu d’un gain territorial et qu’on ne peut pas laisser cela sans réponse au risque qu’elle recommence. Le principe de non modification des frontières est la seule règle de droit international sur laquelle tout le monde s’accorde. Votre exemple de L’Alsace Lorraine est mal choisi car ce n’était pas la cause de la guerre. Les Sudètes me semble un meilleur exemple, ce qui permet de montrer le danger qu’il y a à laisser faire en espérant que ça se calme tout seul.

    « nous avions une alliance avec les US, ce qui n’est pas le cas : nous sommes des larbins » En effet.
    Sur les alliances nous pourrions discuter longtemps des nuances (but, étendue, garantie…), mais je crois que nous sommes d’accord, l’OTAN n’est pas une alliance. Le problème n’est pas notre participation à telle opération ou l’aide qu’ils nous apportent sur nos propres Opex (et la dépendance que cela crée), le problème c’est bien la soumission de notre diplomatie à leurs choix dont certains sont calamiteux.

  9. Alexandre a dit:

    @ Sven Laval Je respecte votre point de vue. Vous noterez que je suis moi aussi dans une optique pacifique puisque j’insiste sur le fait qu’il faut laisser à la Russie une porte de sortie qui satisfasses son honneur et ses intérêts stratégiques. Raisonnable ? pourquoi pas, mais à condition de savoir de temps en temps « call their bluff ». Vous n’êtes pas prêt à mourir pour la Crimée, soit, mais pensez-vous que les russes le soit ? Je crois que comme ils l’ont fait au cours des derniers siècles, il reculeront s’ils comprennent qu’on est prêt à aller jusqu’au bout et donc justement à ne pas être raisonnable.

  10. @ Alexandre : alors nos points de vue ne divergent pas tant que cela. Il est en effet nécessaire de laisser à la Russie une porte de sortie honorable.
    Mais qui est ce « on » qui devrait se montrer prêt à aller jusqu’au bout ? Les Américains ? Dans ce cas, c’est effrayant, il me semble, pour les raisons même que vous invoquez (j’ai tendance à penser comme vous que la politique étrangère américaine est plus que brouillonne par bien des aspects). L’Europe ? Dans ce cas, elle ne provoquera de la part de Poutine que des haussements d’épaules, assez musclés ici ou là, du reste (comme par exemple en promenant des sous-marins le long des côtes suédoises, sachant que la défense de ce pays a été démantelée d’une manière scandaleuse en vingt ans et que, jusqu’à il y a peu, son ministre des affaires étrangères se répandait en touits belliqueux à l’égard de la Russie) : nous avons peu de moyens…

  11. On apprend aujourd’hui que le génocide attribué aux Serbes en Croatie n’a sans doute jamais eu lieu : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/03/97001-20150203FILWWW00135-les-serbes-n-ont-pas-commis-de-genocide.php

    Intéressant : c’est ce prétendu génocide qui a servi à justifier qu’on s’attaque aux Serbes, et donc in fine qu’on leur prenne le Kosovo.

  12. Sébastien a dit:

    Que pense Finkielkraut de cette décision de la Cour de Justice de La Haye ? A l’époque, il a pris fait et cause pour les Croates.

    A part ça, «la Russie définit l’événement qui a eu lieu au début de cette année [en février 2014] comme un coup d’État organisé par les USA. Et en vérité, ce fut le coup [d’État] le plus flagrant dans l’histoire» (George Friedman, directeur de Stratfor)

    Lire la suite ici : http://www.dedefensa.org/article-sur_le_putsch_de_kiev_obama_confirme_friedman_02_02_2015.html

    Il est question de l’exceptionnalisme américain, les Etats-Unis croient en leur préminence et en leur bon droit.

  13. tschok a dit:

    Non, pour les Bosniaques. Ce sont par ailleurs les exactions commises par les Serbes en Bosnie, contre les Musulmans, majoritairement, qui ont provoqué la réaction de la communauté internationale. Et ces exactions sont bel et bien des crimes qualifiés de génocide (les massacres de Srebrenica de juillet 1995 ).

    En ce qui concerne la guerre qui opposa ces deux frères ennemis que sont les Serbes et les Croates, le front s’est plus ou moins stabilisé, jusqu’au moment où les Croates ont repris la Krajina, en y pratiquant à leur tour un nettoyage ethnique contre les Serbes.

    La guerre se termine alors par une victoire de la Croatie sur la Serbie.

    Ce dont il était question dans l’info du Figaro portait sur le point de savoir si les Serbes avait commis lors de cette guerre des crimes génocidaires contre les Croates. La cour de justice répond que la Croatie n’établit pas que tel a été le cas.

    Faut compartimenter les choses, sinon on s’y perd.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s