Ce qu’il nous reste à faire pour sauver Vincent Lambert

Étiquettes

, ,

Les parents de Vincent Lambert portent plainte « contre le CHU en tant que personne morale, contre le docteur Kariger (ancien chef du service de soins palliatifs où est hospitalisé Vincent), le docteur Simon (son successeur) et le docteur Oportus (autre médecin du CHU) pour tentative d’assassinat et pour maltraitance », ultime tentative de sauver leur fils et d’obtenir qu’il soit transféré dans une clinique prête à l’accueillir et à lui donner les soins dont il a besoin.

Si ça ne fonctionne pas, et si l’ordre d’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert sont confirmés, alors il restera quelques options.

X. Appel quotidien (par de multiples personnes) du CHU pour demander pourquoi certains patients n’ont pas le droit de quitter l’hôpital pour être soignés dans l’établissement de leur choix, conformément à ce que la loi prévoit.

X. Appel quotidien (par de multiples personnes) de la mairie de Reims pour signaler un cas de personne vulnérable et isolée qui pourrait bénéficier du plan canicule, au CHU de la ville.

X. Prise de contact avec la femme de Vincent, qui a refait sa vie en Belgique, pour lui faire signer un papier par lequel elle se libère de toute obligation vis-à-vis de son mari et confie son avenir à ses beaux-parents. Qui obtiennent ainsi le pouvoir de choisir ce qui est le mieux pour Vincent.

X. Passage quotidien d’une équipe d’ambulanciers de la clinique prête à accueillir Vincent Lambert pour venir le réclamer au CHU.

X. Grève de la faim générale devant les portes du CHU, à plusieurs dizaines de personnes. Nous ne mangerons pas tant que Vincent Lambert ne sera pas alimenté.

X. Blocus des fournitures alimentaires du CHU : personne ne mangera tant que Vincent Lambert ne sera pas alimenté.

X. Enlèvement de Vincent Lambert dans sa chambre ; celle-ci étant gardée nuit et jour par la police (qui prend les cartes d’identité des visiteurs… parents compris), ça ne pourra hélas se faire que par la violence. On l’emmène ensuite dans un lieu où il pourra être soigné. Si c’est la clinique qui est prête ) l’accueillir, il faudra également la défendre.

X. Enlèvement du médecin en charge de Vincent Lambert. Séquestration dans un endroit secret, sans alimentation ni hydratation tant que Vincent Lambert n’est pas sorti du CHU pour un endroit sûr.

X. Enlèvement d’un ou plusieurs des membres de la CEDH qui ont voté la mort de Vincent Lambert. Séquestration dans un endroit secret, sans alimentation ni hydratation tant que Vincent Lambert n’est pas sorti du CHU pour un endroit sûr.

Certaines options vous paraissent peut-être un peu extrêmes… Je pense pour ma part, et comme les parents de Vincent, que nous sommes face à une tentative d’assassinat. La légitime défense reconnait le droit à une réaction proportionnée à la menace. Comme je ne suggère de tuer personne, je reste toujours en-deçà de la menace…

Pour préciser un peu plus ma pensée : ils veulent tuer Vincent Lambert. Ils veulent le tuer lui, spécifiquement, personnellement. Il y a aujourd’hui en France 1500 personnes dans le même état que lui, dont personne ne parle, qui bénéficient de soins adaptés et que personne ne veut tuer.

Alors pourquoi Vincent ? Parce que ses parents.

11700934_917505045008785_6165018602154148446_n

Ses parents sont tout ce que la France d’aujourd’hui déteste : blancs, catholiques (traditionalistes, encore pire !), anti-IVG, proches de l’Opus Dei. Ce sont eux que la CEDH et tous les autres veulent mettre à mort, symboliquement, en tuant – bien réellement cette fois – leur fils.

En faisant de Vincent Lambert LE symbole par qui l’euthanasie arrivera, ils achèvent tout ce que ses parents défendent, de la façon la plus abjecte qui soit.

Quand je dis que nous sommes face à un combat à mort, ce qui fait hurler certains de mes lecteurs qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez… Cette affaire Vincent Lambert le prouve à l’évidence : ils veulent nous abattre, quitte à tuer, pour de vrai, pour de bon, un homme.

Homme qui, par leur faute, n’est déjà plus vraiment un homme : en poussant tous les défenseurs de la vie à l’appeler « Vincent », comme si c’était un pote à eux, ils lui ont déjà enlevé sa dignité d’homme. En en faisant un symbole, ils l’ont déjà tué.

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités

75 réflexions à propos de “ Ce qu’il nous reste à faire pour sauver Vincent Lambert ”

  1. lilou30510 a dit:

    Finalement je suis restée… oui parce que j’aime bien vous lire même si nos opinions divergent, mais je trouve cela enrichissant de dialoguer avec des personnes qui pensent différemment…
    Parenthèse faite revenons sur le sujet… Comme tous, j’ai entendu l’histoire de ce jeune homme, ce que je voudrais savoir c’est si on sait ce que lui veut?
    Car en ce qui me concerne, nous en avons discuter avec mon conjoint, car pour moi c’est important de dire ouvertement ce que l’on souhaite pour sa mort…
    En l’occurrence nous avons discuter, du cas où nous pourrions nous retrouver, excusez-moi l’expression : « comme un légume », mon conjoint comme moi, nous ne souhaitons pas de cette vie… ce qui signifie, pas d’acharnement thérapeutique, et surtout le droit de mourir!!!
    Donc si c’est son choix, qu’on le laisse partir… mais s’ il veut vivre, je ne comprends pas pourquoi la demande de ses parents n’est pas entendu!!! c’est une honte, et ils ont raison de se battre, mais à l’inverse, si c’est contre le désir de leur fils, même si c’est difficile à s’y résoudre, ils doivent le laisser mourir…
    c’est un sujet sensible, la mort, car dans notre société actuelle, je trouve qu’elle est encore tabou…

  2. Anne a dit:

    Merci pour cet article. Je suis sure que tu le sais déjà et que tu fais la distinction (que les autres journalistes, ignares, ne font pas) entre l’opus dei et les traditionalistes. Je ne connais pas très bien l’opus dei mais il ne me semble pas qu’il soient traditionalistes au sens liturgique du terme. Conservateurs, certainement, mais surement pas « tradi » comme la FSSPX par exemple. Après peut-etre que mr et mme Lambert fréquentent les deux…

  3. Myrtille a dit:

    « Homme qui, par leur faute, n’est déjà plus vraiment un homme : en poussant tous les défenseurs de la vie à l’appeler « Vincent », comme si c’était un pote à eux, ils lui ont déjà enlevé sa dignité d’homme. En en faisant un symbole, ils l’ont déjà tué. »

    Lectrice habituellement silencieuse mais admirative… je vous demande pour une fois de me permettre cette petite remarque : il me semble que ce que nous voulons, en défendant la vie jusqu’à sa fin naturelle, c’est justement crier au monde que rien, pas même la maladie la plus invalidante ou le handicap le plus terrible, rien ne peut ôter à l’homme sa dignité (d’être aimé), qu’il reçoit par grâce ?

  4. Lilou : 1. On ne sait pas vraiment ce que lui veut. Il aurait évoqué la chose vaguement, mais n’a rien laissé de clair.

    2. Quand bien même : nous n’avons pas à choisir notre mort. De même que nous n’avons pas choisi notre naissance. Et nous n’avons surtout pas à faire porter notre « choix » sur le corps médical. Un médecin a pour vocation de faire vivre, pas de tuer.

    3. Comment être certain que le choix qu’on fait en pleine santé sera le même qu’on fera une fois malade ? Aujourd’hui, je dis volontiers « Si je ne pouvais plus faire et écouter de musique, je préfèrerais mourir ». Mais une fois que ça sera arrivé, qui sait si je ne dirai pas le contraire, que je veux quand même vivre ?

    Bien sûr, cet exemple n’est pas problématique : même sourd et manchot, je pourrais faire savoir que je veux vivre. Les malades dans l’état de Vincent Lambert ne peuvent plus rien faire savoir. C’est toute la difficulté.

    Pourtant, de nombreux exemples de gens sortant de cet état et racontant leur terrible expériences laissent penser que personne ne veut vraiment mourir dans ce cas. L’instinct de survie est incroyable.

    ‘. « ce qui signifie, pas d’acharnement thérapeutique » Il n’y a pas d’acharnement thérapeutique. Ce n’est pas le débat. Le débat sur l’acharnement est réglé, dans la théorie : l’acharnement est un mal, autant que le refus de soins. Point.

    Vincent Lambert ne vit pas grâce à des machines. Il est nourrit et hydraté par d’autres, par le personnel soignant, comme l’est un bébé ou un très vieux. Ce n’est pas de l’acharnement thérapeutique.

    Anne : je ne sais même pas s’ils sont tradis ou intégristes ou quoi que ce soit, et je m’en moque complètement. En l’occurrence, je ne vois que des parents qui veulent sauver leur enfant, comme tout parent le ferait. L’acharnement des médias à les présenter ainsi est abjecte, et me conforte dans mon opinion, exposée à la fin de cet article.

    Mais oui, je connais la distinction 😉

    Myrtille : vous avez raison, bien entendu : je ne dis pas, moi, qu’il n’a plus sa dignité. Je dis seulement que tout le monde dans cette affaire semble oublier qu’il l’a encore, aussi bien ceux qui veulent le tuer (mais c’est logique) que ceux qui veulent le sauver. Certains oublient qu’il s’agit d’un homme, ne voyant plus qu’un symbole.

    Je mets les deux « camps » dos à dos, en appelant les défenseurs de Vincent Lambert à ne pas lui enlever cette dignité en parlant de lui comme s’il n’était plus qu’une statue…

    (Ceci dit, si vous me lisez régulièrement, vous savez ce que je pense de votre dernière phrase, rendue publique dans un débat important 😉 )

  5. Popeye a dit:

    « C’est un combat à mort »
    Oui.
    Un combat qui a également, à mes yeux, une dimension eschatologique.
    L’adage dit « errare humanum est. Perseverare diabolicum »
    Mais POURQUOI l’hôpital refuse le transfert?!?
    La réponse est dans l’adage AMHA.

  6. Pol Pute a dit:

    @Lilou
    Quand bien même vous en avez parlé à votre conjoint, si vos parents sont de vrais cons comme ceux de VL, vous mènerez une vie palpitante branchée à une machine qui vous maintiendra en vie. Et on viendra vous narguer en prenant des vidéos montrant qu’à un moment vous avez émis un bref sourire, ou un mouvement, prouvant que vous êtes épanouie et heureuse dans cet état végétatif.

  7. Popeye : pourquoi ? Parce que c’est un combat à mort.

    AMHA ?

  8. Répétons encore : Vincent Lambert n’est branché à AUCUNE machine.

    Non seulement Pol pute est-il insultant, mais en plus il ne sait pas de quoi il parle.

    Je l’ai bloqué.

  9. lilou30510 a dit:

    reprenons les points :

    « 2. Quand bien même : nous n’avons pas à choisir notre mort. De même que nous n’avons pas choisi notre naissance. Et nous n’avons surtout pas à faire porter notre « choix » sur le corps médical. Un médecin a pour vocation de faire vivre, pas de tuer.  »
    Je ne suis pas d’accord, je n’ai pas choisi de naître, mais je vie selon mes choix… et je ne me vois pas vivre, si on peut dire vivre, ne pouvant plus rien faire, si ce n’est subir les interactions extérieurs!!! ça NON!! et de plus voir mes proche s’apitoyer et souffrir encore moins…
    oui un médecin est là pour faire vivre ses patients, et je n’ai pas dit le contraire. j’ai dis que j’en avais parlé à mon conjoint… et mes parents connaissent ma position, et pense comme moi… ( de toute façon si on respecte pas mes dernières volontés, je viendrais les hanter jusqu’à la fin de leurs jours… humour…)

    « 3. Comment être certain que le choix qu’on fait en pleine santé sera le même qu’on fera une fois malade ? Aujourd’hui, je dis volontiers « Si je ne pouvais plus faire et écouter de musique, je préfèrerais mourir ». Mais une fois que ça sera arrivé, qui sait si je ne dirai pas le contraire, que je veux quand même vivre ?

    Bien sûr, cet exemple n’est pas problématique : même sourd et manchot, je pourrais faire savoir que je veux vivre. Les malades dans l’état de Vincent Lambert ne peuvent plus rien faire savoir. C’est toute la difficulté.

    Pourtant, de nombreux exemples de gens sortant de cet état et racontant leur terrible expériences laissent penser que personne ne veut vraiment mourir dans ce cas. L’instinct de survie est incroyable.

    ‘. « ce qui signifie, pas d’acharnement thérapeutique » Il n’y a pas d’acharnement thérapeutique. Ce n’est pas le débat. Le débat sur l’acharnement est réglé, dans la théorie : l’acharnement est un mal, autant que le refus de soins. Point.

    Vincent Lambert ne vit pas grâce à des machines. Il est nourrit et hydraté par d’autres, par le personnel soignant, comme l’est un bébé ou un très vieux. Ce n’est pas de l’acharnement thérapeutique.  »

    En toute honnêteté, qui voudrait d’une vie, où on ne fait que subir, où on ne peut plus rien faire seul… (attention, je parle vraiment à l’extrême, ne me sortez pas des exemples, de personnes qui ont besoin d’une autre pour certains gestes de la vie quotidienne. je parle de se retrouver dans le même état que ce pauvre jeune homme…)
    L’homme a l’instinct de survie… oui, de SURVIE, ce n’est pas vivre de survivre, et c’est un choix qui n’appartient qu’à soi-même….

  10. 2. « oui un médecin est là pour faire vivre ses patients, et je n’ai pas dit le contraire » Ben si, puisque vous voudriez que les médecins vous tuent si vous étiez dans le même cas que Vincent Lambert.

    3. « En toute honnêteté, qui voudrait d’une vie, où on ne fait que subir, où on ne peut plus rien faire seul » Certains qui l’ont connue, cette vie, affirment qu’ils voulaient pourtant continuer à vivre. C’est inimaginable, et pourtant.

    Et même sans ça, comment décide-t-on de la frontière entre « vie tolérable » et « vie intolérable » ?

    C’est une question de limites : quelles sont les limites de l’homme ? Qu’a-t-il le droit de faire, et que n’a-t-il pas le droit de faire ? Aujourd’hui, on considère que les limites n’existent pas, qu’on doit pouvoir tout faire, quand on veut, comme on veut. C’est ce qui nous mène à notre mort, en tant que civilisation. Je m’y oppose. La possibilité de choisir de sa mort, je la refuse.

  11. Lorsque ceux qui se sortent en vie des ces situations s’expriment, ils nous font part de leur soulagement profond. Fondamentalement, chacun de nous préfèrera la vie au moment où il sera confronté à ce choix. Les gens qui échouent leur tentative de suicide et qui se disent « plus jamais » sont plus nombreux que ceux qui recommencent. Si on refuse d’écouter cela, on commet un crime. Par ailleurs, le fait de souligner que les parents de V.L. sont catholiques est abject, comme vous le dites. Les médias ne laissent passer que ce qu’ils souhaitent… pour ma part je croyais que V.L. était alimenté par des machines. C’est vrai que c’est assez terrifiant de se dire qu’une vie humaine puisse être l’objet de manipulations.

  12. Popeye a dit:

    AMHA à mon humble avis.

    La persévérance dans l’erreur est diabolique. Je crois qu’en l’espèce le refus du transfert mérite cet adjectif.

  13. Borislov a dit:

    Alors que les talibans chrétiens ont les yeux tourné vers Vincent Lambert… on regrettera la mort de Jules Bianchi, très certainement débranché avec l’accord de sa famille cette nuit. 20 000 personnes par an dans le cadre de l' »obstination déraisonnable », font l’objet d’un arrêt des traitements. Là, point de cathos pour s »émouvoir… et c’est fort bien ainsi.

  14. Jules Bianchi était branché. Pas Vincent Lambert. Ça change tout.

    Que le premier repose en paix. Et qu’on laisse le second vivre.

  15. Vos ‘options’ prouvent une nouvelle fois que la religion n’a plus rien à faire à notre époque.

  16. Votre commentaire prouve que vous n’avez rien compris au problème.

    Adieu.

  17. Donc, vous défendez tellement le droit à la vie que vous n’hésiteriez pas à mettre en danger la vie de patients hospitalisés dans le même hôpital par un « blocus du ravitaillement » qui priverait des gens déjà fragilisés de nourriture ?

    Aheum, votre logique me laisse perplexe…

    Réponse : Je laisse une possibilité de sortie très simple et rapide : si Vincent Lambert sort de l’hôpital, tout le monde mange à nouveau. Vous voyez, si personne ne joue au con, tout le monde vit.

  18. ce78 a dit:

    Cet article est une provocation à la commission de crimes et délits. Il s’agit d’une infraction définie et réprimée par la loi du 29 juillet 1881 d’une peine de cinq ans d’emprisonnement. Cette infraction est qualifiée en complicité des crimes et délits auxquels il a été provoqué si ceux-ci ont été commis, ce qui peut aller en l’espèce jusqu’à 30 ans d’emprisonnement. Compte tenu des graves menaces proférées contre des juges et des médecins, allant jusqu’à les enlever, je vous suggère vivement de retirer cet article avant que ce blog ne soit fermé et que vous ne soyez poursuivi en application des dispositions susmentionnées. C’est un conseil.

    Je vous laisse avec votre conscience face à ces méthodes de gestapiste.

    Comme dit plus haut : si Vincent Lambert sort de l’hôpital pour aller dans la clinique qui l’attend, rien de tout ça n’arrivera. Je ne suis responsable de rien : ce sont ceux qui veulent tuer Vincent qui le sont.

  19. Yves Raoux a dit:

    Cher Monsieur, vous suvez l’honneur quand tous ceux qui auraient pu intervenir efficacement (les Evêques) ont déserté. Je me tiens prêt pour la suite, à commencer par la manifestation de jeudi prochain devant le CHU. Yves Raoux

  20. Des menaces graves clairement écrites.

    J’ai effectivement l’habitude de dire les choses clairement. Contrairement à d’autres qui refusent de dire clairement qu’ils veulent tuer un homme, de sang-froid.

  21. Olivier a dit:

    Que l’on soit pour la condamnation à mort de VL pour les uns et pour la condamnation à vie de VL pour les autres, ce qui est est inadmissible ce sont les menaces de séquestration, et probablement plus loin, sur d’autres personnes. Pour les religieux qui semblent avoir pris ce type en otage certaines vies sont moins importantes que d’autres ? Qu’a de plus le pécheur VL par rapport aux pécheurs soignants ? Ah elle est belle votre « religion » bandes d’hypocrites ! Si ce DIeu que vous défendez est capable de vous faire kidnapper, et, soyons pragmatiques, violenter voire tuer (car il faudra bien en arriver là à un moment) un être humain pour en sauver un autre, alors je le renie. Mais, je suis sûr qu’il n’est nullement celui là et que vous n’êtes plutôt que des névrosés qui utilisez le Divin pour assouvir vos pulsions. Vous vous plantez sur toute le ligne et j’espère que vous recevrez un bon savon et un aller simple vers l’Enfer lorsque vous apparaîtrez devant votre Créateur.

    « voire tuer (car il faudra bien en arriver là à un moment) » C’est vous qui le dites, pas moi. Je ne suis pas responsable des conneries que vous voudriez que je dise, mais que je ne dis pas.

  22. Alcide a dit:

    L’amour envers un être cher consiste à ne pas le faire souffrir, ni physiquement, ni mentalement !

    Et donc à le laisser mourir de faim et de soif.

    Par pitié, ne m’aimez jamais !

  23. pierre a dit:

    Seul Dieu peux donner la vie et la retirer, Vincent n’ est pas en fin de vie, mensonge des médecins adepte de l’ euthanasie, ils veulent assassinés Vincent. Sa femme ayant refait sa vie je comprend mieux quelle veule se débarrasser de Vincent. Elle signe une décharge au Parents de Vincent, vue quelle n’ aime plus Vincent!

  24. eric-p a dit:

    Merci pour cet article.
    Non, les solutions pour tenter de sauver Vincent Lambert ne sont pas extrêmes en ce sens que c’est bien l’Etat qui a adopté une loi extrême .
    N’inversons pas les choses.
    La loi Leonetti, j’ai déjà eu l’occasion d’en parler à certains citoyens, ne fait pas l’unanimité, contrairement aux bobards rapportés dans les journaux.

    J’en profite pour dénoncer les faux soutiens de Vincent Lambert,
    l’église catholique, qui n’a pas dénoncé la loi Leonetti comme aurait dû le faire le pape, mais qui persiste à pratiquer le double langage (appui de certains prêtres, mutisme du pape).

  25. Heimdall a dit:

    Petit rappel à tous les crétins qui hurlent à l’illégalité: Parce que c’est illégal ce n’est pas forcément mal, et inversement.

    La loi n’est pas une valeur intemporelle et évanescente qui flotterait au dessus de nous pauvre mortels. Elle est faillible, voir parfois profondément mauvaise.

    C’est toujours assez drôle de regarder ceux qui voudrait jeter dieu aux oubliettes remplacer la religion par le Saint Code Civil.

    PS : Je ne suis pas catho, et en désaccord sur le fond avec Fik là dessus.
    Cela étant les réactions pavloviennes ont toujours eu tendance à m’emmerder.

  26. Je peux vous défendre si vous voulez.

  27. Olivier a dit:

    Heimdall : « Parce que c’est illégal ce n’est pas forcément mal, et inversement. »
    Sur la forme votre assemblage de mots est certes correct et les lois de circonstances des gouvernements successifs vous donnent entièrement raison, mais sur le fonds le crétin que je suis souhaite vivement que les parents des gens qui vont être kidnappés/torturés/tués par l’idéal que vous cautionnez n’aient pas les mêmes idées à l’encontre de vos enfants. A moins bien sûr que vous trouviez ça tout aussi bien (ou pas mal dans votre langage) ce qui ferai de vous un cas clinique

  28. Vous êtes gravement atteint, mon petit vieux. Le seul qui est kidnappé, c’est Vincent. Le seul qui va mourir dans d’atroces tortures, c’est Vincent.

    Arrêtez une seconde de retourner les accusations.

  29. Pour être complètement clair, puisque Olivier continuer de délirer malgré le blocage.

    Quand je dis « Enlèvement d’un ou plusieurs des membres de la CEDH qui ont voté la mort de Vincent Lambert. Séquestration dans un endroit secret, sans alimentation ni hydratation tant que Vincent Lambert n’est pas sorti du CHU pour un endroit sûr », je dis bien : « tant que Vincent Lambert n’est pas sorti du CHU ».

    L’issu de ma proposition ne sera dramatique que si les médecins continuent de refuser de laisser sortir Vincent Lambert.

    Aucune menace de mort, donc, au contraire : si mes propositions venaient à être suivies telles que je les ai écrites, alors personne ne mourra. Personne, pas même Vincent Lambert.

    C’est de vie que je parle, pour m’opposer à ceux qui appellent la mort.

  30. Marie a dit:

    Avez vous pensé que certaines de vos solutions (priver l’hôpital de fournitures alimentaires, enlèvement et privation d’eau et de nourriture) sont au final des menaces de mort passibles de poursuites ou êtes vous à ce point idiot?
    Et vous dites qu’on a pas à choisir sa mort? Vous connaissez le mot suicide? Il est quelque part entre satan et thérapie dans le dictionnaire.

    N’avez-vous pas compris que ces situations de crises seraient résolues très simplement, par la libération de Vincent Lambert, et donc qu’elles ne mèneraient à rien de ce que vous dites ? Ou alors êtes-vous trop demeurée pour lire correctement ce que j’ai écrit ?

    Quant au suicide, il n’a rien à voir avec cette situation : chacun peut effectivement se supprimer ; c’est moralement répréhensible mais on ne peut rien y faire. Mais ça n’a RIEN à voir avec le fait de demander à une tierce personne de tuer, de sang-froid.

    Tuer est l’acte le plus anti-humain qui soit. Le demander à quelqu’un est totalement contre-nature.

    À plus forte raison s’il s’agit d’un médecin.

    Rien à voir, donc.

  31. Marie me fait rire (je ne suis pas ironique) parce que ce qu’elle dit est parfaitement logique et tout à fait légitime ! Je vais essayer de vous répondre !

    Tout d’abord, Fikmonskov sort la tête haute dans son analyse de la situation, fine et pertinente : on comprend que cette histoire de V.L. dissimule de scandaleuses manipulations. C’est horrible de voir qu’en réalité, V.L. n’est pas « branché » contrairement à ce que l’on peut croire, et que nous sommes informés par des mensonges ou des demi-vérités;

    En ce qui s’agit de mon opinion générale sur l’euthanasie, je pense qu’elle l’emporte : nous n’avons jamais été dans la situation de V.L., nous ne pouvons pas savoir si lui désire vivre ou non. Par contre, nous savons une chose : les personnes qui se tirent du coma sont souvent soulagées d’être encore en vie. De même, les personnes qui ont échoué leur tentative de suicide sont souvent horrifiées à l’idée du suicide par la suite. On peut en conclure que dans les moments de grande souffrance et de grand danger, il est possible que l’on tienne malgré tout à vivre, ou plutôt, il est possible qu’on soit de nouveau heureux après. Qui sommes-nous pour détruire cette possibilité ? Des meurtriers.

    En ce qui s’agit des solutions envisagées, vous (Marie) avez raison et c’est assez normal. Nous n’avons pas à intervenir, et encore moins de façon si violente. De nombreuses personnes meurent chaque jour assassinées, si on devait tous les sauver, commençons par sauver les gamins qui se font tuer en Syrie sans aucune raison, à côté de ça, un homme déjà adulte, inconscient, sans grand espoir de survie ne me semble pas prioritaire.

    Deux choses :
    1. pourquoi opposer la défense des enfants de Syrie et celle de Vincent Lambert ? Je travaille pour les deux, et de nombreux autres le font.
    2. Le cas de Vincent est prioritaire parce qu’il n’est que le premier d’une longue série : si Vincent Lambert meurt, de nombreux autres mourront après lui, de nombreux handicapés comme lui, puis des cas moins graves. Puis des gens qui, comme cette jeune fille belge (http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/02/01003-20150702ARTFIG00007-belgique-24-ans-et-en-souffrance-psychique-elle-obtient-le-droit-d-etre-euthanasiee.php), en ont simplement marre de vivre et n’ont pas le courage de simplement sauter sous un train.

    Si Vincent Lambert meurt, chaque médecin de France sera un jour amené à tuer.

    C’est insupportable.

  32. Le seul point où ça coince, c’est que vous dites « suicide » alors que ce n’est pas V.L. qui a choisi sa mort, mais bien un tribunal, sans doute trop influencé par une forte pression médiatico-politique.

    Par ailleurs, a-t-on forcément le droit de choisir sa mort ? Imaginez si tout le monde décidait de choisir sa mort, et si les seules morts qui avaient lieu étaient les morts « volontaires », « préméditées ». Je trouve que ça dresse un décor assez dystopique. Mais ceci dit, ce dernier point est assez HS.

  33. Marie a dit:

    Bizarrement, les réponses ne mentionnent que très peu le fait que cet article parle de mettre en danger plusieurs centaines de personnes et très peu semblent constater l’aberration de tels propos.
    Pour ce qui est du mot suicide, c’était pour repondre au « on n’a pas à choisir sa mort ». De quel droit dites vous ça? Savez-vous que chaque année, des dizaines de patients vont finir leur vie à l’étranger faute de solution en France? Ces personnes le font par choix. Pensez vous connaître leur choix mieux qu’eux?

    Non. Et alors ? Des centaines de gamins indonésiens servent d’objets sexuels dans leur pays, pour des touristes français notamment. Donc on fait quoi ? On autorise les enfants français à le faire, pour se faire de l’argent de poche ?

  34. Marie a dit:

    Oh et géniale le « l’issue ne sera dramatique que s’ils ne cèdent pas ». Ça fait très adulte comme comportement et c’est sûr que là au moins, on sent le mec pas dangereux. D’ailleurs, beaucoup de violeurs doivent l’utiliser celle là. « Ah ben non, je l’aurais pas violée si elle avait cédé. C’est de sa faute hein »

    Complètement HS. Encore un truc de ce genre et je bloque.

  35. Oui, ça met en danger plein de personnes, c’est pour cela que je suis contre les « solutions un peu extrêmes ». Mais bon, vous l’avez déjà dit 10 fois, rassurez-vous, nous l’avons bien vu !

    Ensuite, heureusement qu’on ne peut pas tous choisir notre mort… Vous imaginez si chacun pouvait décider « je meurs à X jour X heure à cause de X. » : on tomberait dans le totalitarisme. Cependant, ça n’a rien à voir avec ce dont on parle puisque V.L. (je parle de Vincent Lambert, peut-être est-ce là le malentendu) n’a rien choisi du tout. Et d’ailleurs, la phrase « on n’a pas à choisir sa mort » a été justifiée de multiples fois plus haut.

    Pour finir,  » Savez-vous que chaque année, des dizaines de patients vont finir leur vie à l’étranger faute de solution en France? » > si je peux me permettre, chaque année, des milliers de personnes cambriolent des maisons, est-ce pour autant que le vol est tolérable ? Vous n’êtes pas logique !

  36. Le.archand a dit:

    Je passe par hasard sur votre blog et je ne le regrette pas ! C’est cocasse ! J.ai vu des bandes de grands malades dotés de cervelles atteintes de surchauffe mais la, chapeau !!! Heureusement que vous n.etes rien d.autre qu’un petit blog confidentiel lu seulement par une dizaine d’allumer, donc tout ça ne va pas bien loin. Mais quand même, les uns et les autres, vous devriez aller consulter. Peut être d’ailleurs au CHU de Reims où ils ont un bon service psy

  37. Tite a dit:

    Je m’immisce pour proposer aux hargneux « qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez », une petite méditation philosophique (pour peu qu’ils soient capables de réfléchir) :

    Qu’est-ce que vivre ?
    Qu’est-ce qu’exister ?
    Combien vivent sans exister ?
    Combien existent sans avoir la possibilité de vivre comme « tout le monde » ?
    Quelle est l’essence de l’être ?

    Toute vie vaut d’être vécue. Ce n’est pas votre vie qui importe. C’est ce que vous en faites… que vous soyez valide ou non.
    L’Esprit remporte tout sur la matière. C’est ce qu’on appelle l’Âme… et la transcendance de l’Être.

    D’après vous, esprits grincheux, aurait-il fallu « supprimer » l’astrophysicien britannique Stephen Hawking ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Hawking

  38. Kazzen a dit:

    A part vous, bien sûr, personne n’est capable de réfléchir. Mais quelle intelligence ! Et quelles connaissances médicales ! Avant de faire des parallèles qui vont finir en eau de boudin, renseignez vous sur la maladie de Steve Hawkins !

  39. Tite a dit:

    @Kazzen :

    Sclérose latérale amyotrophique dite « Maladie de Charcot »… mon commentaire n’a rien à voir avec la médecine.
    Mais peut-être confondez-vous avec une autre personne ? Je ne connais pas de Steve Hawkins tétraplégique qui soit astrophysicien… sans doute trop ignorante…

    La philosophie ouvre des portes sur d’autres perceptions. Vous devriez vous y exercer. Cela vous apprendrait à prendre du recul et si seulement vous pouviez arriver jusqu’à Saint Augustin, alors vous prendriez peut-être conscience de ce qu’est l’esprit de charité…

    Commencez par là :
     » « Si vous me demandez quelle est la première vertu d’un chrétien, je vous répondrai que c’est l’humilité…  »
    http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Ars/Sermons/Tome3/sermon8.htm

    Ou là :
    http://site-catholique.fr/index.php?post/Priere-de-Saint-Augustin-sur-la-CHARITE

    Bon courage !

  40. Kazzen a dit:

    Chère Madame. Justement. L’humilité est une vertu que vous devriez vous appliquer à vous-même en vous abstenant de demander à la cantonade qui, à part vous, est capable de réfléchir et en évitant de répondre à un post avec cette sorte de lassitude suffisante et vaguement arrogante de la dame patronnesse qui morigène un analphabète. J’aurais pu vous faire a long talk sur Hawking dont j’ai suivi les cours de mathématique à Cambridge entre 88 et 89 (je suis Irlandais) mais je me contente ici de préciser que ni le début de sa maladie en 1962/63, ni son évolution, ni son état actuel n’ont quoi que ce soit de comparable avec l’état dans lequel se trouve Vincent Lambert. La question de l’euthanasie ne s’est jamais posée pour S.H. Votre parallèle est donc inapproprié. D’autre part, comme je ne suis pas « chrétien » au sens où vous l’entendez, je ne me sens aucunement obligé à aller chercher les sermons de Saint Augustin sur un site catholique. Et je ne pense pas que cela aggravera quoi que ce soit dans mon approche à la fois personnelle et universitaire de la philosophie !
    Enfin et pour terminer, il est inutile que vous répondiez à ce post car je n’aurai pas l’occasion de vous lire. En effet, je n’ai pas l’intention de revenir sur ce blog où je suis passé par hasard et où j’ai, dans le « papier » qui motive ces divers échanges, lu que l’on peut sans vergogne inciter aux séquestrations et exécutions de médecins et même de patients pour faire valoir ce que l’on considère comme un droit ! Je n’ose pas imaginer que cela est permis par les règles non-dites de la chrétienté. Car si cela est le cas, je ne vois pas très bien ce qui différencie les auteurs sus signataires des terroristes de Daesh.

  41. « lu que l’on peut sans vergogne inciter aux séquestrations et exécutions de médecins »

    Vous ne savez donc pas lire.

  42. Kazzen a dit:

    – merci de ne pas me recontacter –

  43. Caroline a dit:

    Merci,Fikmonskov!
    J’aimerais bien savoir ce que pensent les médecins de cette terrible histoire,eux qui ont récité le serment d’Hippocrate (surnommé,hélas, »serment d’hypocrite,tellement il est trahi!).
    Pourra-t-on,désormais, leur faire entièrement confiance?

  44. Yves Raoux a dit:

    Le cure d’Ars disait: »enlevez les prêtres, ils se conduiront comme des bêtes  » On en est la avec ce déchaînement de l’instinct de mort sur Vincent Lambert,

  45. Popeye a dit:

    Deo gratias, Vincent Lambert obtient un sursis!
    Le docteur Simon botte en touche et envoie le paquet dans le jardin de son ministre de tutelle. J’espère que Marisol Touraine prendra enfin la décision de bon sens : transférer Vincent Lambert dans un service apte à le recevoir et prêt à lui prodiguer les soins que son état de handicap – et non de fin de vie, il faut le marteler pour faire pièce à la communication mensongère à ce sujet – exige.
    De ce que disent tant les parents de Vincent Lambert que les associations qui les soutiennent, plusieurs établissements seraient prêts à le faire.
    Pourquoi tarder?

  46. J’ai vu ça, oui. Bonne nouvelle 🙂

  47. Sur RTL cet après-midi j’ai entendu parler de menaces de séquestration vis-à-vis du personnel de l’hôpital où réside V.L qui « inquiètent » le personnel, on a eu droit à une interview de sa femme (sans grands détails) et à une autre du neveu.

  48. Caroline (une autre) a dit:

    Je voudrais réagir aux allusions àJules Bianchi, ces propos relèvent de la diffamation, vous avez des preuves qu’il a été « débranché » par sa famille ? Je serais curieuse de les voir. Le « très certainement » ne nuance en aucun cas les propos tenus mais les renforce. Ne nous trompons pas de combat, merci.

  49. klein sophie a dit:

    Bien sûr que Vincent est branché à une machine : La pompe à perfusion qui lui délivre son alimentation entérale prédigérée, que l’on appelle dans le jargon médicale des « drips ». Vous n’avez sans doute jamais mis les pieds dans un hôpital d’après ce que je lis, votre opinion est donc erronnée…
    Bien sûr, il faut l’intervention d’un humain pour caler la tubulure dans la pompe et pour appuyer sur le bouton « start » après avoir entré le débit désiré. Vincent est donc tout aussi dépendant qu’un autre malade sous respirateur. Il n’y a pas de différence entre les deux, différence que vous faites à tort, par manque de connaissances médicales.
    Quand vous dites « de nombreux exemples de gens sortant de cet état et racontant leur terrible expériences laissent penser que personne ne veut vraiment mourir dans ce cas », sachez qu’aucune personne ayant les mêmes séquelles cérébrales de VL n’en est sortie. Ces séquelles sont irréversibles, son cerveau est irrécupérable, il n’y a donc sur terre aucun exemple de gens sortant de cet état. Le Locked-in syndrom ou le coma n’ont rien à voir, du fait que dans ces pathologies ce ne sot pas les mêmes zones cérébrales qui sont atteintes.
    Je lis parmi les commentaires qu’il est urgent de laisser Vincent partir dans un autre établissement où il recevra les soins dont il a besoin. Encore des interventions sans aucun sens de la part de personnes qui ne connaissent pas le milieu médical et encore moins la patho dont VL souffre : le mettre dans un fauteuil serait une hérésie vu son état de rétractation articulaire et des séances de kiné seraient une souffrance intolérable pour son corps déjà bien meurtri. Ce n’est donc pas pour rien que le CHU de Reims a cessé de prodiguer ce genre de soin, et un autre établissement se rendrait bien vite compte qu’en effet cela ne servira plus à rien.
    Bref, vous êtes adeptes d’une cause dont vous ne maîtrisez ni les tenants ni les aboutissants, uniquement par convictions personnelles.
    Je finirai par nuancer une de vs conviction : Ôter la vie d’une personne en bonne santé et qui a toute la vie devant elle, cela s’appelle tuer (ou assassiner, au choix) mais ôter la vie d’une personne qui n’en jouis plus, et qui n’est plus qu’un corps en souffrance cela s’appelle délivrer.
    VL est mort depuis son accident, son âme n’est plus parmi nous, laissons son corps partir à son tour.

  50. Sophie : « Bien sûr que Vincent est branché à une machine : La pompe à perfusion qui lui délivre son alimentation entérale prédigérée, que l’on appelle dans le jargon médicale des « drips ». »

    Il n’y est pas branché en permanence. Ce n’est donc pas elle qui « le tient en vie ».

    Donc ça ne change rien.

    « Je lis parmi les commentaires qu’il est urgent de laisser Vincent partir dans un autre établissement où il recevra les soins dont il a besoin. Encore des interventions sans aucun sens de la part de personnes qui ne connaissent pas le milieu médical et encore moins la patho dont VL souffre »

    Et les plusieurs hôpitaux qui sont prêts à l’accueillir ? Eux aussi n’y connaissent rien à rien ?

  51. klein sophie a dit:

    Que vous le vouliez ou non, c’est bien la pompe à drips qui maintient Vincent en vie, même s’il n’y est pas branché en permanence, sans elle il meurt. C’est donc bien elle qui le tient en vie. C’est bien pour cela que vous ne voulez pas la voir s’arrêter, non ? Soyez cohérent.

    Les cliniques (et non hôpitaux) ou établissements privés qui sont prêts à l’accueillir n’ont jamais affirmé qu’ils le mettraient au fauteuil à coup sûr, mais que éventuellement, peut-être, cela pourra se faire. Car les médecins de ces structures savent très bien que dans cet état de rétractation cela est impossible, ils n’ont rien promis à la mère de Vincent, c’est elle qui s’imagine que cela peut se faire, mais elle va tomber de haut si Vincent est transféré ailleurs….

    A la limite, qu’on la laisse le récupérer, cela le promet à une mort certaine, elle le tuera d’une pneumopathie d’inhalation à force de le nourrir à la petite cuillère. Et cela abrégera ses souffrances.

  52. Que vous le vouliez ou non, c’est moi et ma femme qui maintenons notre fille de 18 mois en vie : sans nous, elle meurt.

    Tuons-la.

    « n’ont jamais affirmé qu’ils le mettraient au fauteuil à coup sûr » Euh, on s’en fout. Ce qui compte, c’est que Vincent Lambert soit dans un lieu où on ne voudra pas le tuer, mais le laisser vivre, et lui donner les moyens de vivre le moins mal possible.

  53. klein sophie a dit:

    Cela n’a absolument rien à voir ! Un bébé est dépendant d’un adulte parce que c’est dans l’ordre des choses, VL n’est pas un bébé en bonne santé, qui a toute sa vie devant lui, c’est un adulte à moitié mort, maintenu artificiellement en vie et qui a exprimé ne pas souhaiter être maintenu dans cet état. Comparez ce qui est comparable !

    J’ai travaillé dans le service où les parents veulent mettre VL. Là-bas aussi on débranche les patients qui le nécessitent. Cela se pratique partout, tous les jours, la mort fait partie de la vie !

  54. Si nourrir un bébé n’est pas le maintenir artificiellement en vie, alors nourrir un adulte non plus.

    Vous ne pouvez pas débrancher Vincent : il ne l’est pas !

  55. klein sophie a dit:

    Nourrir un bébé par la bouche est une chose tout à fait naturelle, il n’y a rien d’artificiel là-dedans. C’est même la chose la plus naturelle qui soit.

    Par contre, nourrir un adulte dont le cerveau est gravement atteint, avec une nourriture chimique prédigérée, par le biais d’un tuyau qui arrive directement dans son estomac, ce n’est pas naturel du tout ! Si les gastrostomies n’existaient pas, VL serait déjà mort !

    Vincent n’est pas un bébé, c’est un adulte qui, avant son accident était autonome, et actuellement maintenu artificiellement en vie. Les deux sont incomparables

    Si pour vous, nourrir votre enfant est artificiel, c’est que vous manquez sérieusement d’esprit d’analyse. Pour quelqu’un qui prétend voir plus loin que le bout de son nez, c’est assez paradoxal…

  56. Si la médecine n’existait pas, 50% des adultes que nous sommes serions morts à la naissance.

  57. Celaméritereflexion a dit:

    « Le laisser vivre, et lui donner les moyens de vivre le moins mal possible » ?

    Le « laisser » vivre, impliquerait qu’il soit capable de se nourrir de par lui même, et de faire des choix quant à sa propre façon d’exister. On ne peut même pas appeler cela de la survie, puisque la survie est un instinct, donc quelque chose de personnel. Hors, dans le cas de l’acharnement thérapeutique dont ce pauvre homme fait part, aucun choix de vie n’est fait par lui même …

    Je peux comprendre qu’en vous appuyant sur la « religion » vous puissiez penser que le suicide ou l’euthanasie sont des maux, cependant, là où vous faites erreur, c’est que la première personne à avoir accepter de mourrir par la main d’autres hommes est celui en lequel vous croyez …

    Je vous rappelle que Jesus, lors de la Cène, s’est laissé emmené après sa trahison par Judas, en sachant très bien quel serait son sort. Il ne s’est pas défendu pour rester en vie.

    Ô blasphème allez vous dire … Que néni, il est le premier euthanasié dans la Bible.

    Cela mérite reflexion.

    Bonne journée.

  58. francois a dit:

    Et la volonté de Vincent Lambert vous en faites quoi ?
    Volonté maintes fois exprimée à sa femme, à ses proches, à ses collègues …..

  59. – « Le « laisser » vivre, impliquerait qu’il soit capable de se nourrir de par lui même, et de faire des choix quant à sa propre façon d’exister. »

    Non. Ce n’est pas ça « vivre ». L’enfant à naître ou tout juste né ne fait rien de tout ça, et pourtant il vit. L’amibe ne fait rien de tout ça et elle vit.

    – « Hors, dans le cas de l’acharnement thérapeutique dont ce pauvre homme fait part »

    Non plus. Il n’y a pas d’acharnement thérapeutique : il est nourri. Nourrir quelqu’un n’est pas un acte médical.

    – « Je peux comprendre qu’en vous appuyant sur la « religion » »

    Où ça ? Je m’appuie sur la raison et la morale. Pas la religion.

    – « c’est que la première personne à avoir accepter de mourrir par la main d’autres hommes est celui en lequel vous croyez … »

    Il a été tué par des médecins, qui étaient censés l’aider à vivre ? Rien à voir, aucun lien. Dans ce cas, chaque militaire qui mort au combat est euthanasié. Dans ce cas, chaque Juif mort en camp de concentration sans se battre est euthanasié.

    – « Cela mérite reflexion. »

    Oui, vous avez raison : réfléchissez encore un peu.

  60. « Et la volonté de Vincent Lambert vous en faites quoi ?
    Volonté maintes fois exprimée à sa femme, à ses proches, à ses collègues ….. »

    Déjà répondu : personne ne peut forcer quelqu’un d’autre à le tuer. Et surtout pas des médecins, qui ont promis de sauver des vies, pas d’en prendre.

  61. Celaméritereflexion a dit:

    « Il a été tué par des médecins, qui étaient censés l’aider à vivre ? Rien à voir, aucun lien. Dans ce cas, chaque militaire qui mort au combat est euthanasié. Dans ce cas, chaque Juif mort en camp de concentration sans se battre est euthanasié. »

    Dans le cas des militaire, c’est une sorte d’euthanasie ou de suicide, oui ! Pourtant, on les acclame, on les adule pour se faire tuer et tuer pour « nous » …

    Dans le cas des camps de concentration : aucun des Juifs morts en leurs seins n’a choisi d’y être. Vous vous tromper de combat.

    Et quand vous dites vous appuyer sur la raison et la morale … Oui votre morale. Et en quoi votre morale serait mieux que celle de quelqu’un d’autre ?

    « Nourrir quelqu’un n’est pas un acte médical » : quand s’est fait par intraveineuse, bien sur que si, puisque seuls les corps médicaux sont habilités à le faire !

    Vous aimez beaucoup parler de choses et créer des polémiques parce que vos idées, ou devrais-je dire, vos idéaux, ne sont pas les mêmes que beaucoup d’autres. Cependant, vous parlez surtout de beaucoup de choses sans en connaitre les fondements, ni les méthodes de fonctionnement, un peu à la manière d’un Mélanchon, sur le mode de l’utopie, où tout irait bien dans le meilleur des monde.

    Le pays des Bisounours est une fiction, je vous le rappelle

  62. « Dans le cas des militaire, c’est une sorte d’euthanasie ou de suicide, oui ! »

    Ok, merci, au revoir…

  63. Celaméritereflexion a dit:

    Alors comment appelleriez vous ça ? Quand ils partent en mission, sont-ils certains de rentrer en vie ? Bien entendu que non.
    Un militaire sait qu’il a de grandes chances de ne jamais en revenir vivant et de laisser toute sa famille en deuil. Mais c’est son choix, et lui, vous ne le juger pas …

    Pauvre de vous.

  64. Non mais en fait le reste est magnifique aussi, pourquoi se priver ?

    – « Dans le cas des camps de concentration : aucun des Juifs morts en leurs seins n’a choisi d’y être. Vous vous tromper de combat. »

    Vincent a-t-il choisi d’être là où il est ? Non plus.

    – « Et en quoi votre morale serait mieux que celle de quelqu’un d’autre ?  »

    Parce qu’il y a une vérité, que je cherche activement. S’il n’y a pas une morale supérieure aux autres, pourquoi refusons-nous l’excision et le mariage forcé ? Au nom de quoi ? C’est leur morale qui le leur permet, et elle vaut la nôtre. Au nom de quoi a-t-on supprimé la peine de mort ?

    – « quand s’est fait par intraveineuse, bien sur que si »

    Ce n’est pas fait par intraveineuse.

    – « Cependant, vous parlez surtout de beaucoup de choses sans en connaitre les fondements »

    C’est vrai que vous avez des leçons à donner dans ce domaine, cher ami.

    – « Le pays des Bisounours est une fiction, je vous le rappelle »

    Gag. Dans cet article, je parle de la violence inévitable, explicitement. On est trèèèèèès loin du pays des Bisounours. C’est même ce qu’on me reproche, figurez-vous.

  65. « Quand ils partent en mission, sont-ils certains de rentrer en vie ? Bien entendu que non. »

    Quand vous sortez de chez vous, êtes-vous certain de ne pas vous prendre un 36 tonnes dans la gueule ? Non. Donc, si je vous suis, vous faites une tentative de suicide à chaque fois que sortez de chez vous, c’est bien ça ?

    Allez, taisez-vous, s’il vous plait : je n’ai pas envie d’en arriver à penser que vous êtes vraiment trop con.

  66. Celaméritereflexion a dit:

    Ce que je vois dans vos réponses, c’est que vous allez toujours à l’extrème pour contrer ce qui diffère de vos opinions, en allant même dans la contradiction. Au final, je m’aperçois juste quelqu’un qui ne vie que pour avoir le dernier mot…

    Quelle tristesse et manque d’ouverture d’esprit.

    Je vous ai donné mon opinion, je n’ai jamais dit que j’avais la vérité absolue et la science infuse, et heureusement que non, sinon je me ferais bien chier. Cependant, JE pense que votre morale, n’est pas une morale à proprement parler, mais une façon de faire parler de vous à tout prix, tout simplement.

    Au final, vous ne vallez guère mieux que les médecins que vous accusez.

    Au revoir, et à jamais sur ce blog.

    (par contre, je vais suivre les avis de poursuites à votre encontre citées dans les médias, ça sera plus drôle que de vous lire)

  67. Adieu, merci pour cette tranche de rigolade 🙂

  68. klein sophie a dit:

    « Nourrir quelqu’un n’est pas un acte médical » : Une nutrition faite par gastrostomie, (un tuyau installé dans l’estomac via la perforation de l’abdomen, lors d’un acte chirurgical), par une infirmière qui va brancher un drip (qui a été prescrit par un médecin) sur ledit tuyau , c’est bien un acte médical ! Vous persistez dans le déni, et vous parlez de choses que vous ne maîtrisez pas par manque de connaissances. Allez faire un stage de qques jours dans un service de soins palliatifs, vous saurez au moins de quoi vous parlez.

    Parce que ce qui est consternant, c’est de constater que les personnes bourrées d’idéaux comme les vôtres sont en majorité des personnes plutôt jeunes, immatures, qui n’ont encore jamais été confrontées à la mort ou à la maladie, et qui n’ont aucune idée ce qu’est le milieu médical. Bref, qui n’y connaissent rien, ni à la vie, ni à la mort.

    « Vincent a-t-il choisi d’être là où il est ? Non plus » : Justement, non seulement il n’a pas choisi d’être là, mais il ne souhaitait pas rester dans cet état. Le nier est lui manquer de respect, et vouloir le maintenir en vie à tout prix, au nom d’une idéologie, au mépris de ce qu’il souhaite est tout simplement indécent.

  69. Morituri a dit:

    « Je vous rappelle que Jesus, lors de la Cène, s’est laissé emmené après sa trahison par Judas, en sachant très bien quel serait son sort. Il ne s’est pas défendu pour rester en vie.
    Ô blasphème allez vous dire … Que néni, il est le premier euthanasié dans la Bible »

    C’est surtout une exégèse bien malhonnête comme il faut. Du même acabit que « Marie, première mère porteuse » M’enfin bon c’est pas le cœur du sujet.

    Je sors peut-être un peu du sujet de la discussion (mais pas de l’article). La dépendance à autrui est érigé en mal absolu. Bon reflet de la philosophie occidentale depuis plus ou moins le 15ème siècle. Il serait peut-être temps de mettre en question cette supposée indépendance de l’homme. C’est probablement le point d’accroche sous-jacent entre les deux positions au sujet de Vincent Lambert. (et de toute manière un point à étudier pour tout moderne ou post-moderne qui se respecte).

    Que vous le vouliez ou non l’éthique (et la morale) actuelle prend sa source dans le christianisme. Depuis cette proclamation d’indépendance de la pensée de l’homme (par rapport à Dieu), l’éthique athée se fonde sur les acquis du christianisme mais en ayant perdu tout fondement (en particulier quand elle sort du cadre personnel).
    A partir de là, tout débat sur ces questions d’éthique sera sans fin.

    Et par rapport en particulier à la discussion actuelle.
    Les juges de la CEDH ayant voté contre le fait de tuer Vincent Lambert ont aussi des arguments, ça pourrait être intéressant à lire (ils parlent en particulier de la question de la nutrition) :

    http://www.slate.fr/story/102825/vincent-lambert-avis-dissident

  70. important a dit:

    BFM TV voit dans cet article l’origine des menaces contre l’équipe médicale de Vincent Lambert qui a provoqué le rebondissement actuel pour le mettre sous protection et nommer un tuteur http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/l-equipe-medicale-de-vincent-lambert-menacee-593182.html

  71. @ Important : je sais, j’ai vu ça. Ce qui prouve que les journalistes de France, ne plus de ne pas savoir écrire, ne savent pas non plus lire.

  72. Je note tout de même beaucoup d’inexactitudes sur ce dossier. Je déplore en outre qu’une telle affaire soit l’objet de discussions dignes du café du commerce. Je voudrais cependant réagir au fait que Vincent Lambert, contrairement à ce qui a été dit, peut être mis dans un fauteuil adapté, que cela a été fait et qu’il a même pu sortir de l’hôpital. Pour ce qui est du reste du débat, je le réserverai à mon propre blog où je ne tolérerai pas certains propos qui ont été tenus ici. Je fais, en particulier référence aux insultes et mots grossiers qui ont volé çà et là et qui, à mon avis, vont à l’encontre de la dignité d’un homme et d’une famille qui, quoiqu’on en pense est dans le malheur.

    Jacques Frantz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s