Loi travail et blocage des raffineries : le grand cirque continue

Étiquettes

, , , ,

N’oublions jamais que les types qui dirigent les syndicats sont cul et chemise avec les types au pouvoir. Leur opposition, c’est du cinéma : en vrai ils bouffent aux mêmes restaurants, regardent les mêmes spectacles dans les mêmes loges VIP, baisent – et parfois épousent – les mêmes gonzesses (souvent des journalistes).

Les syndicats et le pouvoir, c’est exactement la même chose que la gauche et la droite : on se tire la bourre devant les caméras, on s’insulte, on se tape dessus s’il le faut, puis dès que la scène est tournée, on se tape sur le ventre en demandant des nouvelles des gosses.

J’étais stagiaire dans un journal de province et j’ai été envoyé couvrir un conseil régional. J’arrive pendant le petit déjeuner précédant la séance. Deux hommes :

« Salut Michel, alors, bien remis du tennis de dimanche ?

– Salut Henri, oui, je ne pensais pas que tu jouais si bien… J’aurai ma revanche, un jour… » (Tapes sur l’épaule…)

Dix minutes plus tard, pendant la séance : « C’est un scandale, monsieur B. ! (Monsieur B, c’est Michel.) Les administrés ne sont pas dupes de vos manipulations, ils vous le feront payer un jour !

– Allons, monsieur C. (Monsieur C, c’est Henri), vous n’avez pas digéré votre défaite de l’an dernier, je le comprends, mais restez quand même un peu sérieux. (La défaite, c’est celle à l’élection, pas au tennis.) »

Dix minutes après, dans le hall :

« Allez Michel, on remet ça dimanche prochain ? Je m’entraine avec mon fils cette semaine, tu vas voir ce que tu vas prendre.

– Salut Henri, très bien, à dimanche, et embrasse Pierre pour moi, hein ? » (Pierre, c’est le fils de Henri.)

Voilà. Ce jour-là, j’ai compris énormément sur la politique.

Personnalites au Parc des Princes pour le match PSG Montpellier

Manuel Valls et Nicolas Sarkozy se bidonnent dans les loges VIP du match PSG-Montpellier.

Eh ben entre syndicalistes et gouvernants, c’est pareil.

Aujourd’hui, les uns et les autres jouent leur rôle dans un spectacle de Guignol. Les uns proposent une loi mal foutue, les autres lancent leurs troupes dans la rue. Les premiers font mine de ne pas le voir et passent en force. Les seconds durcissent le mouvement et bloquent des raffineries. Les premiers s’en foutent. Les seconds aussi.

Ils s’en foutent parce qu’eux n’y perdront rien. Ils continueront à manger dans les meilleurs restaurants, à aller voir les matchs en VIP et à baiser leurs pouffiasses.

« La pénurie d’essence finira bien par foutre le pouvoir dans la merde », me dit-on. Admettons. Mais au bout de combien de temps ? Parce que moi, si ça dure trois semaines de plus, j’y suis, jusqu’au cou, dans la merde.

Dans trois jours, je ne peux plus aller travailler.
Dans un mois, je liquide la boite que je crée depuis un an.
Dans un mois, je tire un trait sur un an de travail, un an d’angoisses, un an à vivre en-dessous du seuil de pauvreté, un an à accepter ça parce qu’un jour ça paiera mieux que le salariat.
Dans un mois, je dois rendre sa maison à mon propriétaire et retourner vivre avec ma femme et mes deux enfants chez mes parents, en quittant tout.

Dans un mois, le pouvoir pensera peut-être que ça commence à devenir lassant, et encore, seulement quand il aura le temps de le penser : aux chiottes et peut-être un peu avant de s’endormir.

[Des médecins commencent à s’inquiéter de ne pouvoir aller travailler. Mais ce n’est pas grave : dans un mois, le pouvoir commencera à se lasser, ça vaut bien quelques morts par manque de soins, non ?]

Si les syndicats voulaient vraiment faire trembler le pouvoir, ils iraient bloquer l’Élysée et les ministères. Ou bien, comme le propose un internaute sur Facebook, ils procèderaient à des distributions gratuites de carburant.

Là, ils seraient écoutés. Mais ils ne veulent pas être écoutés. Ils veulent jouer leur rôle dans le grand cirque. Ce grand cirque qui permet à chacun de croire que les choses bougent, et donc de ne rien faire pour que ça bouge vraiment. Ce grand cirque qui nous enfonce tous un peu plus dans la merde…

_____________________________________

Ce texte n’est pas libre de droit. Si vous voulez le partager à vos lecteurs, un lien suffit. Le copier/coller tue l’information (plus de détails ici) et est passible de poursuites. Je n’hésiterai pas à faire valoir mes droits, qui que soit le copieur.

Publicités

11 réflexions à propos de “ Loi travail et blocage des raffineries : le grand cirque continue ”

  1. A propos des distributions gratuites que vous suggérez, c’est une chose à laquelle j’avais pensé au moment des grèves de taxis : au lieu d’emm… tous les autres, pourquoi n’auraient-ils pas roulé gratuitement chaque jour de grève, avec un sourire et la distribution d’un tract à chaque passager ? Ils n’y auraient pas perdu plus financièrement (ne gagnant pas d’argent en faisant grève) et y auraient gagné la sympathie de leurs passagers…
    Cela dit, je vous souhaite de tout cœur de pouvoir éviter les épreuves que, malheureusement, vous envisagez à cause d’un combat de coqs entre un gouvernement psychorigide et des syndicalistes désireux de rouler des mécaniques.

  2. Cyril a dit:

    Si je peux me faire l’avocat du diable sans y croire (comme tout bon avocat), ils vous diront que la distribution gratis est illégal…pas la grève et le blocage (jusqu’à un certain point).

  3. Point qui a été semble-t-il dépassé, puisque Valls a pu prétendre qu’il allait envoyer l’armée sans provoquer de scandale.

  4. Robert Mitchum a dit:

    ce jour là tu as compris la différence entre combat d’idées et combat de personnes / entre adversaire et ennemi ?

  5. C.C. a dit:

    Quelle idée aussi , de monter sa boîte loin de chez soi (vous auriez pu travailler dans votre salon !):-)) Vous devriez peut-être penser au vélo, à la trottinette, ou à la voiture électrique :-)?
    Bon, allez, bon courage, et peut-être que vous aurez droit à un miracle (voiture continue de rouler sans carburant !!!)
    Pour les politique qui sont copains hors caméra, je ne leur en veux pas (suis assez pour que les gens s’entendent bien, en général…), mais ils devraient s’abstenir alors de faire semblant devant les caméras… Ça, c’est nous prendre pour des c. Et pour la lutte entre syndicats et politiques, il y a peut-être de cela. peut-être aussi un vrai conflit, mais de personnes (peut-être que Martinez avait des vues sur Julie, et se venge ainsi de se l’être fait souffler… Si elle était gentille, elle partagerait ses faveurs, quand on fait ce métier-là, on ne fait pas semblant d’être vertueuse !)

  6. Il y a de ça… Mais je persiste à penser que ça n’est pas possible sainement à ce point là.

    Peut-être prends-je les choses trop à coeur, mais autant je suis complètement capable d’apprécier et de respecter quelqu’un avec qui je ne suis pas d’accord, autant je ne peux pas aller dans les deux extrêmes comme eux le font.

    Et forcément, à un moment, ça devient un peu du cirque, à mon avis.

  7. « Pour les politique qui sont copains hors caméra, je ne leur en veux pas (suis assez pour que les gens s’entendent bien, en général…), mais ils devraient s’abstenir alors de faire semblant devant les caméras »

    Voilà. Hurler au scandale aux proposition du type qu’on vient d’embrasser chaleureusement, c’est du cinoche.

  8. Sopotec a dit:

    « N’oublions jamais que les types qui dirigent les syndicats sont cul et chemise avec les types au pouvoir. »

    Entièrement d’accord. C’est pour cela que les Bonnets Rouges avaient pas mal inquiétés le gouvernement à l’époque. Ils sortaient du cadre.

  9. Marie Claire a dit:

    Fik, je vous reconnais une grande finesse intellectuelle, un bon sens, pour beaucoup de vos articles… Sincèrement. C’est pourquoi je sais que vous lirez et prendrez cet argumentation avec cette même intelligence. Sachez aussi que je vous écris avec toute la bonne foi dont je suis capable. 🙂

    Nous sommes tous d’accord pour penser que ce gouvernement est une clownerie au service des plus riches. Pas au service de « TOUS les patrons », mais « des plus riches » (et forcément des plus puissants). C’est très différent.
    Vous avez lancé votre business, en tant que petit entrepreneur, ni riche ni puissant, dans un contexte que nous connaissons presque tous… Pourquoi ne pas joindre votre colère à celle de ceux qui manifestent contre cette fausse gauche, contre cette parodie de gouvernement soit-disant proche des plus nécessiteux ?
    Si le pouvoir était réellement près du Peuple, des petits (même des petits patrons), il ne vous accablerait pas, de base, de taxes, de conditions, de pressions diverses et variés, lorsque vous montez votre PME.
    Je remarque que vous avez, vous, la chance incroyable d’avoir des parents chez qui loger en cas de grave problème. Beaucoup d’autres n’ont pas cette chance DU TOUT, croyez-le bien.
    Des petits esclaves qui s’entre-déchirent parce que les plus « bas » dans la hiérarchie se rebellent, c’est terrible… c’est exactement ce qu’ils veulent, tout au dessus.
    Les moins nécessiteux du bas Peuple gueulent contre ceux qui osent se révolter… parce que ça les gêne… dans leur travail.
    Quel dommage !
    Je vous rappelle que deux ans auparavant, les catholiques manifestaient contre une loi, et donc CONTRE la police qui représente le gouvernement dans la rue, aux cris de « dictature socialiste » (nous ne sommes au passage absolument pas dans un pays littéralement socialiste, mais capitaliste. Preuve : cette loi travail passée au 49.3 qui arrange toujours les mêmes davantage depuis des lustres). Manifestants catholiques, qui ont été, pour la plupart, incroyablement pacifistes.
    A l’extrême-gauche, on sait que le « pacifisme » ne marche pas. (La preuve : la loi pour le mariage pour tous est passée, malgré les 1 millions de pacifistes dans les rues, malgré les veilleurs, malgré les gens « debout » (sic) devant les mairies…)
    UNISSONS-NOUS, pour une fois ! Profitons de cette occasion pour s’unir dans les rues et les blocages ! Ne pensons pas qu’à nous-mêmes… pour conserver quoi ? Un misérable équilibre en chute libre ? C’est ça que vous voulez pour votre descendance ?
    Ce gouvernement est clairement mauvais, et cette loi travail écrase les plus au-dessous sur l’échelle sociale ! DONC il faudrait, en toute logique, que TOUT le monde s’unisse, « gauche ou droite ou milieu » on s’en fout, pour faire bouger les choses ! Peu importe gauche ou droite, ces mots sont vidés de leur sens. En revanche pauvres contre richissimes, ça, ça a un sens.
    Ne croyez-vous pas ?

  10. Marie Claire a dit:

    PS : Quant à aller à l’Elysée… Vous croyez vraiment que c’est possible de faire pression sur les USA par exemple en allant attaquer la maison blanche, un des lieux les plus gardés au monde ?
    L’essence, les centrales nucléaires, c’est stratégique… même si ça fait chier les autres, c’est moins con que d’aller se jeter directement dans un lieu complètement imprenable.

  11. Faire bouger les choses, c’est travailler, c’est avoir des enfants, c’est vivre. Ce n’est certainement pas en empêchant les autres de vivre qu’on fera avancer quoi que ce soit.

    Je ne participerai jamais à un blocage, de quoi que ce soit. Sauf si ça ne touche que la cible. D’où l’Élysée, et je maintiens que c’est possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s