À propos de Macron et des familles nombreuses : est-ce qu’on pourrait arrêter deux minutes les réactions épidermiques ?

Il parlait de l’Afrique, des femmes africaines. Et il avait raison. Une jeune sage-femme de mes connaissances est partie un an dans un pays africain. Elle nous racontait, effarée, qu’elle accueillait souvent des jeunes femmes d’à peine 20 ans ne sachant pas lire et venant accoucher de leur deuxième ou troisième enfant. Et d’autres de 25 ans ne sachant pas mieux lire venant pour leur quatrième ou cinquième.

En Afrique, c’est une réalité évidente : les jeunes filles non éduquées sont trop souvent transformées en pondeuses. Ce dont elles sont les premières victimes, mourant en couche car trop jeunes ou d’épuisement après trop de grossesses trop rapprochées.

Se la ramener avec nos familles nombreuses à nous, qui sont effectivement dans nos pays plutôt au contraire l’apanage de femmes éduquées, est totalement absurde.